Édition du mardi 15 septembre 2009


Imprimer Imprimer

L'Assemblée vote la saisine du Conseil constitutionnel par les justiciables

Les députés ont adopté lundi à l'unanimité le projet de loi organique autorisant un justiciable à saisir indirectement le Conseil constitutionnel, et mis le gouvernement en minorité sur une disposition essentielle du texte. La constitutionnalité d'une loi pourra être contestée lors d'un procès devant toute juridiction relevant du Conseil d'Etat (cours administratives d'appel et tribunaux administratifs) ou de la Cour de cassation, à l'exception des procès en cour d'assises. La question devra ensuite être transmise à la juridiction suprême dont relève la première juridiction saisie: Conseil d'Etat ou Cour de cassation. Le Conseil d'Etat ou la Cour de cassation ont alors trois mois pour décider de saisir le Conseil constitutionnel. Le texte issu de la commission prévoit que si la première juridiction saisie ne se prononce pas dans les délais prévus (deux mois maximum), toute partie à l'instance a un mois pour saisir le Conseil d'Etat ou la Cour de cassation. Si à leur tour, celles-ci ne se prononcent pas dans les délais (trois mois), le Conseil constitutionnel sera automatiquement saisi. Le gouvernement a présenté deux amendements visant à annuler ces dispositions. Mais ils ont été rejetés à l'unanimité. «Attention, là je vois un véritable risque d'encombrement» du Conseil d'Etat, de la Cour de cassation et du Conseil constitutionnel, a fait valoir la garde des Sceaux. Argument qui n'a convaincu aucun des députés présents - une vingtaine -, pas même ceux de l'UMP. «Nous ne voulons pas qu'un juge mette son coude sur le dossier», a déclaré le président UMP de la commission des Lois, Jean-Luc Warsmann. Il a défendu un «système très simple»: «Au premier niveau, le juge du fond est saisi, il a trois mois pour se prononcer, sinon il est dessaisi et la juridiction supérieure - Conseil d'Etat ou Cour de cassation - est automatiquement saisie». Les deux cours ont trois mois pour se prononcer et «si les trois mois sont passés, le Conseil constitutionnel doit se prononcer». Ce dernier a, à son tour, trois mois pour abroger ou non la disposition contestée. «Cela fait neuf mois, c'est déjà long», a jugé M. Warsmann. Jusqu'à présent, seuls le président de la République, le Premier ministre, les présidents de l'Assemblée nationale et du Sénat, ainsi que 60 députés ou sénateurs, pouvaient saisir le Conseil constitutionnel, et ce uniquement avant la promulgation d'une loi. Cette réforme ouvre la possibilité de le saisir après la promulgation d'une loi. Pour accéder au dossier législatif, voir lien ci-dessous.
Édition du mardi 15 septembre 2009 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France