Édition du jeudi 6 avril 2017


Imprimer Imprimer

Plus de la moitié des salariés du secteur de la culture sont implantés en Île-de-France

Dans une étude consacrée au secteur de la culture et à sa répartition géographique en France, publiée hier, l’Insee révèle que Paris et sa couronne occupent une « place privilégiée » en matière d’emploi dans les activités culturelles. Sur les 691 000 emplois (500 000 salariés et 191 000 non salariés) mobilisés par le secteur, plus de la moitié (52 %) sont implantés en Île-de-France, dont 29 % à Paris intra-muros et 23 % au-delà du périphérique selon les déclarations annuelles de données sociales de 2014.
Très loin derrière, l’Auvergne-Rhône-Alpes pointe en seconde position avec 8,1 % des effectifs salariés. À l’opposé, les départements d’outre-mer et la Corse possèdent chacun moins de 1 % des effectifs salariés du secteur de la culture.
Plusieurs causes expliquent ce regroupement autour de Paris : la taille de la capitale mais aussi la concentration historique des télévisions et des radios ainsi que la forte présence de monuments, liée à l’ancienneté de la politique culturelle française qui a longtemps privilégié Paris. La région parisienne concentre ainsi salariés et activités dans l’audiovisuel et le multimédia (72 % des emplois nationaux), les activités liées au patrimoine, l’édition écrite, les arts visuels et la publicité.
Mais l’architecture, l’enseignement culturel et le spectacle vivant irriguent davantage les autres territoires de métropole et d’outre-mer et sont « plus équitablement » répartis dans l’ensemble du territoire national. Loin derrière Paris, les grandes agglomérations (Lyon, Toulouse, Bordeaux, Marseille, Nantes, Lille, Rennes, Montpellier, Strasbourg…) valorisent leurs spécificités et accueillent au moins 1 % de l’emploi salarié culturel français. Mais elles ne sont pas les seules puisque, en parallèle, quelques territoires (Les Sables-d’Olonne, Arles, Morlaix…) se spécialisent autour d’une ou deux activités et peuvent compter, en proportion, plus d’emplois dans la culture. « Dans ces zones d’emploi, la culture représente au moins 3 % de l’emploi salarié local », observe l’Insee.
L’institut rappelle toutefois que s’il y a davantage d’emplois culturels à Paris qu’en moyenne (7,9 % contre 2 %), c’est que « la capitale du pays n’est pas véritablement en concurrence avec les grandes villes provinciales, mais bien davantage avec d’autres métropoles européennes comme Londres ou Berlin ».
Les emplois de la culture se caractérisent souvent par une multiplicité de postes occupés dans l’année. Le cumul des statuts de salarié et d’indépendant est également fréquent (36 % contre 23 % dans l’ensemble de l’économie) et « peut illustrer la difficulté à gagner sa vie dans une activité culturelle en tant que non-salarié », explique l’Insee.

Télécharger l’étude.
Édition du jeudi 6 avril 2017 image
Journal Officiel

Journal Officiel du jeudi 6 avril 2017

Ministère de l'Intérieur
Ministère de l'Intérieur
Ministère de l'Intérieur
Ministère de l'Intérieur
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France