Maire-info
Le quotidien d’information des élus locaux
Édition du vendredi 9 avril 2021
Coronavirus

Vaccination : la barre des 10 millions de primo-vaccinés franchie, l'AMF revient à la charge sur la compensation des centres

Alors que 10 millions de Français ont à présent reçu une première dose vaccinale contre le coronavirus, l'association d'élus déplore que « la compensation prévue par les Agences régionales de santé (ARS) via le Fonds d'intervention régional n'est pas, à ce jour, à la hauteur des sommes engagées, est très variable selon les régions et tarde à être perçue par les communes ».

Par Ludovic Galtier

Avec « une semaine d’avance »  sur les prévisions, le Premier ministre, Jean Castex, a annoncé, hier depuis un centre de vaccination de Nogent-sur-Marne (Val-de-Marne), que 10 millions de Français avaient reçu une première injection d’un des vaccins contre le covid-19. 200 000 à 300 000 doses seraient ainsi injectées chaque jour. 
La France « vient de franchir les 10 millions de personnes qui ont reçu une première vaccination, c’est-à-dire que nous sommes à une semaine d’avance (sur) l’objectif que j’avais fixé. C’est une très bonne performance, la France vaccine beaucoup », s’est félicité le chef du gouvernement. « Et cela est dû à (…) tous ceux qui sont 7 jours sur 7 sur le pont au service de cette grande cause nationale qui s’appelle la vaccination et qui nous permettra de sortir de cette crise », a-t-il déclaré. Au mardi 6 avril (les chiffres n’ont pas été actualisés depuis), le tableau de bord de la vaccination indique, en revanche, que « seuls »  3 227 796 Français ont été complètement vaccinés avec les deux doses. Le Premier ministre entend bien remplir les objectifs de 20 millions de Français vaccinés (première dose) à la mi-mai et de 30 millions à la mi-juin. 
La Haute autorité de santé a, par ailleurs, annoncé, dans un avis publié ce matin, que les 533 302 personnes de plus de 55 ans, vaccinées avec AstraZeneca entre le 6 février et le 13 mars, recevront une deuxième dose d’un vaccin de type ARN messager comme Pfizer ou Moderna. Il s’agit pour une grande partie d’entre eux de personnels soignants. Depuis le 19 mars, en raison du lien confirmé entre l’injection du vaccin AstraZeneca et des cas de thrombose, seuls les plus de 55 ans peuvent être vaccinés avec le produit de la firme anglo-suédoise. 

Centres de vaccination : une demande de compensation intégrale par l’État des frais avancés par les communes

Voilà pour les dernières annonces. Sur le plan de la logistique, les maires sont toujours mobilisés aux côtés de l’État pour mettre en œuvre la stratégie vaccinale. Mais la compensation par l’État des frais avancés par le bloc communal « n’est pas à la hauteur »  ou se fait encore attendre. « L’ensemble des dépenses, que ce soit pour organiser des centres de vaccination ou déployer des solutions pour favoriser la vaccination des plus fragiles a bien entendu été avancé sans délais par les communes et intercommunalités afin de ne pas retarder la mise en œuvre de la campagne de vaccination », assure l’AMF, dans un communiqué publié mercredi. 
Or « la compensation prévue par les Agences régionales de santé (ARS) via le Fonds d’Intervention régional n’est pas, à ce jour, à la hauteur des sommes engagées, est très variable selon les régions et tarde à être perçue par les communes. Outre la mise à disposition de locaux, les communes et intercommunalités ont engagé des moyens humains et matériels ; elles ont organisé des transports pour les personnes rencontrant des difficultés de mobilité et ont souvent été contraintes de renforcer leur accueil téléphonique afin d’absorber une montée en puissance des appels. » 
A l’heure où le gouvernement vise une montée en charge de la vaccination pour un plus large public, souhaite un élargissement des horaires d’ouverture des centres, notamment les week-ends, et met en place de grands vaccinodromes, l'AMF rappelle, pour conclure, que les « dépenses occasionnées ne peuvent continuer à peser lourdement sur les budgets des communes »  et souligne l’importance pour les élus locaux de « pouvoir compter sur une juste compensation de l’Etat, intégrant les dépenses d’investissement ainsi que les dépenses de personnel, que celui-ci soit mis à disposition ou recruté spécialement dans le cadre de la campagne de vaccination ».

Suivez Maire info sur Twitter : @Maireinfo2