Édition du lundi 17 octobre 2011


Imprimer Imprimer

Dotations 2012: selon Gilles Carrez, le projet de loi de finances rend «au Comité des finances locales ses marges de manœuvre»

Dans son rapport général portant sur le projet de loi de finances pour 2012, Gilles Carrez, rapporteur général de la commission des finances de l’Assemblée nationale et président du Comité des finances locales, observe l’«effort louable pour rendre au Comité des finances locales ses marges de manœuvre». Il rappelle que la loi de finances pour 2011 s’était en effet traduite par un transfert important de la prise de décision du Comité des finances locales vers le législateur. Ce transfert concernait: «- la fixation de la croissance de la dotation de base, forfaitaire ou d’intercommunalité; «- pour le bloc communal, la fixation des compensations part salaire et complément de garantie, la fixation de la croissance des dotations de péréquation et la répartition de cette croissance entre la DSU, la DSR et la DNP; «- pour les départements, la fixation de la croissance des dotations de péréquation; «- pour les régions, la répartition entre la dotation forfaitaire et la dotation de péréquation». Le rapport précise que le projet de loi pour 2012 «se démarque en partie» puisque, s’il fixe le montant global de la DGF et affecte son augmentation aux départements (+ 64 millions d'euros) et aux régions (+ 13 millions d'euros), un article (56) prévoit que le montant mis en répartition au titre de la DSU et de la DSR est majoré «au moins» de 60 millions d'euros et de 39 millions d'euros. Il prévoit par ailleurs que le montant de la DNP est «au moins égal» à celui de 2011. «Si le CFL décidait de faire un effort supplémentaire de péréquation, l’article précise en contrepartie qu’il devrait déterminer un taux de minoration de la dotation de garantie et de la compensation de la part salaire. Le montant brut de leur minoration n’est donc pas explicitement inscrit dans la loi, contrairement à l’année dernière», observe Gilles Carrez qui fait des constats de même nature pour la DGF des départements, le CFL gardant son pouvoir de répartition entre la DFM et la DPU. «Au total», conclut-il, «le Comité des finances locales verra en 2012 ses marges de manœuvre restaurées». Néanmoins, il s’interroge, «dans une perspective de plus long terme, sur l’opportunité de présenter au Parlement une architecture de la DGF dont certaines options sont encore en suspens, notamment lorsqu’il s’agit des écrêtements – très importants – nécessaires pour financer les nouvelles contraintes». Il demande que ces questions soient abordées «avec précision dans le débat parlementaire afin que les élus locaux soient informés le plus tôt possible des tendances générales du budget afin de les répercuter au plus vite dans leurs propres budgets locaux». Pour accéder au dossier législatif et au rapport, utiliser le lien ci-dessous.
Édition du lundi 17 octobre 2011 image
Journal Officiel

Journal Officiel du

Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France