Édition du mercredi 15 novembre 2006


Imprimer Imprimer

Tourisme: l'Assemblée vote 2,8 millions d'euros pour acquitter les dettes de l'Etat auprès des associations et des collectivités locales

L'Assemblée nationale a voté mardi soir les crédits de la mission «Politique des territoires» qui regroupe les crédits de l'aménagement du territoire et du tourisme en donnant un coup de pouce supplémentaire de 2,8 millions d'euros au tourisme. Les crédits de la mission s'élèvent en 2007 à 612,5 millions d'euros, contre 718,7 dans le budget 2006. Ils se répartissent en cinq programmes: «aménagement du territoire» (300,2 millions d’euros) qui finance notamment la Délégation interministérielle à l'aménagement et à la compétitivité des territoires (DIACT, qui remplace la DATAR), «aménagement, urbanisme et ingénierie publique» (85,1 millions d’euros), «tourisme» (86,4 millions d’euros avec le supplément), «information géographique et cartographique» (75,6 millions d’euros) qui finance pour partie l'Institut géographique national (IGN), et «intervention territoriales de l'Etat» (65,2 millions d’euros UR). Pendant l'examen de cette mission, les députés ont augmenté de 2,8 millions les crédits du programme «tourisme» pour permettre à ce ministère d'acquitter ses dettes auprès des associations et des collectivités locales. La commission des Finances avait voté le 7 novembre une augmentation de 4,9 millions d’euros mais les députés se sont ralliés à la proposition gouvernementale. Les 2,8 millions d'euros ont été compensés, par une réduction d'autant des crédits du programme «interventions territoriales de l'Etat» dans la même mission. Au lieu «de défendre des dogmes idéologiques», a affirmé Christian Estrosi (Aménagement du territoire) il faut «placer l'homme au coeur de notre vision avec le sens de l'équité» c'est à dire en donnant «plus à ceux qui ont moins». Il a notamment évoqué l'internet haut débit, en prévoyant une couverture à «pas loin de 100%» du territoire d'ici fin 2007. Le programme «tourisme» a pour «mission essentielle de soutenir l'économie touristique par la promotion de la destination France à l'étranger», de mettre «en oeuvre un plan qualité tourisme» et de «permettre un meilleur accès de tous aux vacances», a expliqué Léon Bertrand (Tourisme). Il a précisé qu'en 2005, 76 millions de touristes étaient venus en France et avaient généré 34 milliards d’euros de recettes. «Vous nous parlez de renforcer l'attractivité des territoires (...) mais vous faites en réalité tout le contraire» a estimé Frédéric Dutoit (PCF), notamment par l'«asphyxie» des finances locales. «Ce n'est pas un budget idéal» mais il «tranche avec les politiques du passé», a affirmé François Sauvadet (UDF) en réclamant des «zones franches rurales, comme celles qui existent dans les zones urbaines». «Sous couvert de compétitivité, vous organisez le déclin», a déclaré Jean Launay (PS) qui a jugé que le gouvernement instaurait «une compétition entre les territoires».</scrip
Édition du mercredi 15 novembre 2006 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France