Édition du mercredi 12 avril 2017


Imprimer Imprimer

Le Haut Conseil des Finances publiques valide les prévisions de Bercy

Le Haut conseil des Finances publiques (HCFP), organe indépendant évaluant la crédibilité des prévisions budgétaires du gouvernement, a validé ce matin les hypothèses de croissance du gouvernement pour la période 2017-2020 inscrites dans le « programme de stabilité » qui doit être envoyé à Bruxelles.
Tout en observant que la prévision de croissance du gouvernement pour 2017 « est légèrement supérieure à la plupart des prévisions disponibles », l'organe présidé par Didier Migaud estime dans un avis qu'elle « reste plausible, au regard des enquêtes de conjoncture favorables et de l'amélioration de la croissance mondiale ».
Bercy a maintenu inchangée sa prévision de croissance pour 2017, à 1,5 % dans son projet de budget pluriannuel à destination de la Commission européenne. La Commission européenne et l'OCDE tablent pour leur part sur une hausse de 1,4 %, le FMI de 1,3 %.
Le ministère des Finances a en revanche abaissé ses prévisions à 1,5 % en 2018 contre 1,75 % jusqu'alors anticipés, et à 1,6 % en 2019, contre 1,9 % annoncés auparavant, une initiative saluée par le Haut conseil. « Ce scénario, plus prudent, peut constituer une base raisonnable pour la construction de trajectoires de finances publiques », estime le HCFP.
Présenté à dix jours du premier tour de l'élection présidentielle, ce cadrage macroéconomique pluriannuel revêt cette année un caractère théorique, puisque le respect de la trajectoire fixée par l'actuel ministre des Finances incombera au prochain gouvernement.
Le Haut Conseil juge aussi « plausible » l'augmentation de la masse salariale anticipée par le gouvernement. Cette dernière a été légèrement revue à la hausse, à 2,8 % contre 2,7 % auparavant.
En revanche, le Haut Conseil épingle « le caractère peu vraisemblable des estimations d'écart de production et de croissance potentielle présentées par le gouvernement ». Elles conduisent « à réduire artificiellement le déficit structurel et donc à minorer l'effort à réaliser pour rééquilibrer les finances publiques ». Il appelle à ce que « la prochaine loi de programmation corrige ces estimations » et à prendre mieux en compte « l'effort structurel ».
L'effort structurel, demandé par la Commission européenne, correspond aux économies, ou aux moindres dépenses, réalisées hors effets de la conjoncture : celles qui ne peuvent pas être modifiées à court terme alors que la structure représente la composante permanente d'une économie. (AFP)
Édition du mercredi 12 avril 2017 image
Journal Officiel

Journal Officiel du mercredi 12 avril 2017

Ministère de l'Économie et des Finances
Ministère des Solidarités et de la Santé
Ministère de l'Intérieur
Ministère de l'Intérieur
Ministère de l'Intérieur
Ministère de l'Action et des Comptes publics
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France