Édition du jeudi 5 septembre 2002


Imprimer Imprimer

Education : outre la prise en charge des emplois de surveillants supprimés, les collectivités locales devront financer avec l'Etat 14 millions d'euros pour l' « amortissement » des départs

Le gouvernement Raffarin se dirige vers une baisse modérée du nombre de fonctionnaires en 2003, selon les lettres plafond budgétaires publiées mercredi par le journal Le Monde, qui confirment la priorité accordée à l'Intérieur et à la Justice. Cette baisse, concentrée sur l'Education nationale et Bercy, reste modeste : 1 619 personnes selon le quotidien, sur un total de 58 000 départs en retraite programmés l'an prochain. Dans l'enseignement scolaire (primaire, collège et lycée), ce sont au total 3 404 postes qui vont disparaître. Si 1 000 postes d'enseignants et 1 200 d'ATOS (personnels administratifs et techniques) seront créés, 5 600 emplois de surveillants seront supprimés. En 2001, les effectifs de l'enseignement scolaire s'élevaient à 1 339 000 personnes, dont 880 000 enseignants. Les postes de surveillants supprimés sont, pour la plupart, des contrats emplois-jeunes arrivant à terme qui ne seront pas remplacés. Un système de compensation doit être mis en place pour "amortir ces départs", pour un montant de 14 millions d'euros cofinancés avec les collectivités locales – dont l’avis n’a pas été encore requis sur ce projet -. Dans les lettres plafond, envoyées aux ministres par Matignon le 7 août afin de définir les moyens de leur ministère, le Premier ministre Jean-Pierre Raffarin confirme les "priorités budgétaires" pour 2003 : "la sécurité publique, la justice, l'aide publique au développement, la baisse des charges et la remise à niveau des crédits d'équipement militaire". Le ministre de l'Intérieur, Nicolas Sarkozy, voit ses moyens accrus de 2,08% et 1 884 fonctionnaires, la Justice de 7,41% et 1 926 personnes, la Défense de 6,11% et de 40 emplois. Les Affaires étrangères perdent 50 emplois mais voient leur budget bondir de 13,99%, en faveur notamment de l'aide au développement pour les pays pauvres. Le ministère de la Santé gagne 5,05%. Bercy perd relativement beaucoup plus, comme on s'y attendait, avec 1.385 fonctionnaires en moins l'an prochain, sur 186.900 personnes. Les principaux syndicats du ministère de l'Economie et des Finances, pourtant reçus dans les jours précédents par le secrétaire général Philippe Parini, et le ministre de l'Economie Francis Mer, se sont inquiétés à la lecture de ces chiffres. Le ministère de l'Equipement perdrait pour sa part 747 emplois. La culture fait aussi en apparence les frais du budget, avec 5,46% de crédits en moins selon le Monde. Le budget de la Recherche serait pour sa part en légère baisse de 1,31% l'an prochain. Le ministère du Travail perdrait 6,34% de crédits l'an prochain et celui de l'aménagement du territoire 5,80% c=http
Édition du jeudi 5 septembre 2002 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France