Édition du mercredi 19 octobre 2016


    Imprimer Imprimer

Biodiversité : lancement d'un programme d'aide aux territoires

Transformer une friche industrielle en espace vert sauvage en pleine ville, redynamiser des zones humides, recréer une forêt : CDC Biodiversité, filiale du groupe Caisse des Dépôts, a lancé hier un programme destiné à aider les territoires à restaurer leur biodiversité et à s'adapter au réchauffement climatique.
« La transition écologique et énergétique est un de nos grands caps », a déclaré le directeur général du groupe, Pierre-René Lemas, au cours d'une conférence de presse. « La préservation à long terme de la qualité de nos territoires, c'est un élément du développement écologique » et du « développement économique durable », a-t-il souligné en présence de Barbara Pompili, secrétaire d'Etat chargée de la biodiversité, et de représentants de collectivités locales, d'ONG et d'entreprises. « Nous devons agir dès maintenant », a souligné pour sa part le président de CDC Biodiversité, Laurent Piermont. Outre la restauration de la biodiversité, le programme, baptisé Nature 2050, veut favoriser l'adaptation au changement climatique en recourant à « des solutions naturelles » misant sur « la résilience » des écosystèmes restaurés, a-t-il expliqué.
Les actions seront menées avec les agriculteurs, forestiers, collectivités, organisations professionnelles, entreprises...
Nature 2050 sera financé par les entreprises volontaires sur la base d'un principe : CDC Biodiversité agira « sur un mètre carré jusqu'à 2 050 pour chaque versement de 5 euros au programme », l'ensemble des sommes collectées allant dans un pot commun, a expliqué Laurent Piermont. « L'économie française détruit chaque année 30 000 hectares net (...) ça fait 1,5 milliard de budget de restauration, voilà mon espoir », a-t-il ajouté.
Pour l'instant, le montant des engagements pris par les premiers partenaires du programme (AccorHotels, Autocars Alizés, La Banque Postale, BPI France, la Compagnie des Alpes...) atteint « trois à quatre millions d'euros », a encore précisé Laurent Piermont.
Un « comité de pilotage » comprenant CDC Biodiversité, le Muséum d'histoire naturelle et des ONG (LPO, Fondation Hulot, France Nature Environnement) doit assurer le suivi des projets.
« Pour la biodiversité, l'essentiel reste encore à faire », a estimé Barbara Pompili, se félicitant que Nature 2050 permette de « créer des passerelles entre collectivités, entreprises et ONG ».
Édition du mercredi 19 octobre 2016 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France