Édition du lundi 5 novembre 2012


Imprimer Imprimer

Le bétonnage des terres agricoles en discussion à l'Assemblée

Un débat s’est engagé la semaine dernière à l’Assemblée nationale sur les conséquences écologiques de l’artificialisation des terres agricoles. Le député écologiste des Bouches-du-Rhône, François-Michel Lambert, a interpellé le gouvernement mardi 30 octobre à ce sujet, après qu’une tornade eut frappé une grande surface à Plan-de-Campagne, près de Marseille. Pour lui, le bétonnage des terres agricoles « peut vraisemblablement engendrer ou amplifier des phénomènes climatiques » exceptionnels comme celui-ci. Même son de cloche du côté du syndicat des Jeunes agriculteurs, qui tire la sonnette d’alarme sur le fait que la France perdrait « 26 m2 de terres agricoles chaque seconde », faisant du foncier « un bien de plus en plus rare et cher ».
De nombreux chantiers, actuellement en cours, constituent pour les associations écologistes un danger pour la biodiversité et la protection des terres agricoles : ainsi le controversé aéroport Notre-Dames-des-Landes, près de Nantes, va se construire sur 2000 hectares de terres agricoles, « constituées majoritairement de terres humides au pouvoir drainant irremplaçable et à la biodiversité exceptionnelle », dénonce la gauche locale. La ligne à grande vitesse Bordeaux-Pays basque, le Grand stade de Lyon ou le futur complexe Europa-City, dans le Val-d’Oise, sont également dans le collimateur de nombreuses associations, pour les mêmes raisons.
Le gouvernement a pourtant annoncé, à l’occasion de la Conférence environnementale de mi-septembre, que l’artificialisation des terres agricoles devait être « freinée ». Plusieurs idées ont été lancées par le ministre de l’Agriculture lors du débat à l’Assemblée, notamment celle de privilégier les constructions verticales ou de repenser la question des parkings : « On a laissé s’étendre des parkings de manière horizontale, alors qu’ils auraient très bien se faire en hauteur ou en sous-sol », a déclaré Stéphane Le Foll.
De nouvelles règles d’urbanisme sont à l’étude au gouvernement pour lutter contre l’artificialisation des terres agricoles. Elles pourraient s’intégrer à la future loi d’avenir sur l’agriculture, ou au projet de loi sur le logement, prévus en 2013.
Édition du lundi 5 novembre 2012 image
Journal Officiel

Journal Officiel du

Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France