Édition du mardi 13 mai 2003


Imprimer Imprimer

Réforme de la politique agricole commune : la France refuse la date-butoir du 30 juin 2003

Le ministre français de l'Agriculture Hervé Gaymard a réaffirmé, lundi, en Grèce, le refus de son pays de considérer la fin de l'actuelle présidence grecque de l'Union européenne en juin comme une date butoir pour aboutir à un accord sur la réforme de la politique agricole commune (PAC). Il a réitéré son refus du "découplage total" entre le niveau de production et le montant des aides directes versées aux exploitants, que la Commission européenne souhaite instaurer à partir de 2004, et s'est montré pessimiste sur un compromis le mois prochain si Bruxelles n'adoucit pas son plan. "N'ayons pas la magie des dates", a martelé M. Gaymard, en marge de la réunion informelle des ministres européens de l'Agriculture sur l'île grecque de Corfou (nord-ouest). "Le 30 juin n'est pas une date sacramentelle comme l'était le 31 décembre 2002", a-t-il ajouté, en référence à la réforme de la pêche bouclée en urgence par les Quinze à la fin de l'année dernière. A l'époque, l'édifice de la pêche communautaire était menacé par l'échéance des accords européens régulant le secteur. Le ministre français a affirmé "ne pas voir comment un compromis" sur la PAC "serait possible si la Commission ne fait pas mouvement". "Je ne vois pas d'évolution dans l'hypothèse où la Commission ne bougerait pas, notamment sur le découplage des aides", a-t-il dit. Le commissaire européen à l'Agriculture Franz Fischler a réaffirmé, dimanche, sa conviction qu'un accord sur la réforme de la PAC pouvait être obtenu dès juin. Mais il avait refusé a priori de revenir sur son projet de découplage total des aides, point crucial de son plan, et jugé "dangereux" un découplage partiel, en soulignant les divergences d'interprétation entre les pays de l'Union européenne à l'égard de cette idée avancée notamment par l'Allemagne comme solution possible de compromis. M. Gaymard s'est défendu lundi de faire obstacle d'avance à un accord, assurant que la France, principale opposante de M. Fischler avec les pays du sud de l'Union et l'Irlande, était "ferme mais pas fermée". Il s'est montré prudent sur le "découplage partiel", affirmant vouloir étudier des propositions avancées par son homologue allemande Renate Kuenast. Il s'est dit favorable au principe d'un transfert ("modulation") d'une partie des subventions à la production vers des aides au développement rural, autre axe clé de la réforme Fischler. Toutefois, il a souligné que le niveau de 6% proposé par la Commission à l'horizon 2013 constituait pour la France un "maximum maximorum" et a rejeté le projet de Bruxelles de financer aussi par un biais similaire "une baisse des prix des céréales et du lait". Les autres ministres européens présents à Corfou ont tous relevé la nécessité d'échafauder un compromis sur la PAC, tout en se montrant partagés sur l'urgence de la réforme.c=http://www.b
Édition du mardi 13 mai 2003 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France