Édition du mercredi 22 mars 2017


Imprimer Imprimer

Précarité énergétique : huit CCAS sur dix octroient des aides financières, selon une enquête de l'Unccas

L’Union nationale des centres communaux et intercommunaux d’action sociale (Unccas) vient de publier les résultats de son enquête nationale sur la précarité énergétique intitulée « comment les CCAS/Cias agissent, de l’accès au droit à l’accompagnement global ». L’enquête porte sur l'ensemble des modalités d'action en 2015 des centres communaux d’action sociale (CCAS) en matière de lutte contre la précarité énergétique, hors aides à la mobilité et au carburant.
Alors que la précarité énergétique toucherait un tiers des personnes qui s’adressent aux CCAS (1), 56 % d’entre eux ont fait de la lutte contre la précarité énergétique « un champ d’action important » et 7 % l’ont définie comme « une priorité », selon l’Unccas qui estime que les CCAS jouent « un véritable rôle de filet de sécurité ».
L’énergie apparaît même comme le second motif des demandes d’aides financières adressées aux CCAS, derrière l’aide alimentaire et devant le logement. Résultat, huit CCAS sur dix octroient des aides financières à l’énergie. Leur nombre total s’élèvaient à 160 000 sur l’ensemble du réseau de CCAS et Cias adhérents à l’Unccas en 2015 et ces aides auraient touché plus de 122 000 ménages, pour un budget global de 16,8 millions d’euros.
Les aides au paiement d’un impayé d’électricité, de gaz ou d’eau sont les plus courantes. Ainsi, 98 % des CCAS octroyant des aides financières à l’énergie soutiennent la prise en charge d’un impayé d’électricité ou de gaz, 90 % d’un paiement d’une facture ou d’un impayé d’eau, 68 % d’un paiement d’une facture d’électricité ou de gaz (sans impayé), 54 % de l’achat de fioul ou du paiement de charges locatives intégrant des charges d’énergie…
Globalement, 82 % des demandes d’aide à l’énergie ont débouché sur le versement d’une aide en 2015. Le nombre d’aides octroyées se situe ainsi en moyenne à 49 aides par CCAS, celle-ci passant de 12 aides octroyées par CCAS dans les territoires de moins de 5 000 habitants à 319 dans ceux comptant plus de 50 000 habitants. « Si ces aides ne permettent pas toujours de solvabiliser les ménages, elles les aident tout du moins à s’éloigner de situation d’endettement », indique l'Unccas.
Selon l’enquête de l’Unccas, « le budget annuel moyen consacré par les CCAS aux aides financières à l’énergie s’élèverait à plus de 5 200 euros, avec de fortes disparités selon la taille de la commune ». Il s’établit à 2 043 euros en moyenne dans les communes de moins de 5 000 habitants et passe à 26 307 euros dans celles de plus de 50 000 habitants. « Si le taux d’octroi d’une aide après une demande apparaît le plus faible dans les communes de moins de 5 000 habitants (70 %), le montant moyen d’une aide y est le plus élevé (176 euros par aide, contre 106 euros par aide en moyenne) », constate l’Unccas qui note que « les petites communes semblent donc privilégier le versement d’une aide conséquente mais de façon moins fréquente ».
Reste que les deux tiers des CCAS (72 %) vérifient systématiquement que les personnes qui les sollicitent pour une aide bénéficient des tarifs sociaux. Afin de repérer des foyers en situation de précarité énergétique, 22 % des CCAS utilisent les visites à domicile et 62 % de ceux qui reçoivent les listes de personnes en situation d’impayé d’énergie de la part des fournisseurs les exploitent. Le plus souvent pour engendrer un premier contact avec elles et les informer des aides existantes.
Mais les CCAS ne se limitent pas à fournir des aides financières puisque six sur dix mettent en place des actions spécifiques telles que l’accompagnement budgétaire (pour 42 % des CCAS), l’aide à la lecture des factures d’énergie (22 %), des actions collectives (18 %) ou individuelles (14 %) de sensibilisation aux éco-gestes et à la maîtrise de l’énergie...
Afin de mieux informer les usagers, la grande majorité des CCAS ont, par ailleurs, développé des partenariats de lutte contre la précarité énergétique avec les fournisseurs d’énergie, les conseils départementaux, les bailleurs sociaux ou encore les associations.
L’enquête a été réalisée via un questionnaire sur la base de 883 réponses (849 CCAS et 34 CIAS), soit un taux de retour de 22 %. Elle a été effectuée entre mai et juillet 2016 et portait sur l’activité de 2015.

Télécharger l’enquête.

(1) L’étude utilise le terme CCAS pour désigner l’ensemble des CCAS et Cias ayant répondu à l’enquête.
Édition du mercredi 22 mars 2017 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France