Édition du vendredi 18 novembre 2016


Imprimer Imprimer

Le nombre de familles précaires continue d'augmenter, selon le Secours catholique

La pauvreté ne faiblit pas. Bien au contraire, la pauvreté ne cesse d’augmenter, selon le 34e rapport annuel sur l'état de la pauvreté publié hier par le Secours catholique - Caritas France. Les femmes et les étrangers étant les premiers touchés.
En 2015, l'association a ainsi rencontré 608 500 personnes ou ménages en situation de pauvreté, un chiffre en augmentation de 2,7 % par rapport à 2014. Les familles et les enfants représentent 51,8 % des ménages reçus et le nombre de familles précaires continue d'augmenter.
La part des étrangers parmi les personnes accueillies au Secours catholique (36,4 %) grimpe elle aussi. Elle « a continué de croître en 2015 (+ 1,4 point par rapport à l'année précédente), s'inscrivant en cela dans une tendance longue. Leur proportion a augmenté de près de 9 points entre 2000 et 2004 pour se stabiliser ensuite et reprendre une progression régulière et d'ampleur équivalente après la crise de 2008 (+ 8 points) », indique le rapport.
« On entend trop facilement que les migrants ont davantage de droits ou de revenus que la population française, or on constate le contraire », a affirmé le président du Secours catholique, citant nombre d'étrangers sans ressources car ils ne connaissent pas leurs droits ou n'ont pas de droits reconnus.
En 2015, le revenu médian des ménages accueillis au Secours catholique (et percevant des ressources) était de 932 euros, et près d'un ménage sur cinq (19,5%) était sans aucune ressource, soit 4 points de plus qu'en 2010. Ils étaient âgés en moyenne de 41,2 ans pour les hommes, 40,2 ans pour les femmes, avec une population qui vieillit depuis 15 ans. Deux tiers des ménages reçus étaient accueillis pour la première fois.
Parmi les bénéficiaires, un homme de 48 ans vivant en Bretagne, interrogé par l'AFP. A la suite d'un accident de la route, en 2012, il s'est retrouvé handicapé. Il a perdu son emploi et s'est séparé de sa compagne. « Je ne pensais pas en arriver à ce stade-là », confie cet homme, qui peine à se reconvertir malgré son diplôme de master et son expérience professionnelle.
A cause de cet « accident de la vie », ses revenus ont fondu. « J'étais bien content de trouver le Secours catholique à ce moment-là », explique cet homme qui a été soutenu moralement et a pu acheter de la nourriture à prix réduits.
Le besoin d'écoute et les besoins alimentaires restent de loin les principales demandes des personnes s'adressant au Secours catholique, note l'association, qui aide aussi à payer le loyer, les factures ou le transport.
Ce rapport sera envoyé à tous les candidats à la présidentielle puisque le Secours catholique souhaite que les candidats s’emparent de cette question. « On veut interpeller les candidats à la présidentielle pour remettre la question de la solidarité au cœur des priorités », explique Bernard Thibaud, secrétaire général de l'association. « La pauvreté ne recule pas depuis dix ans et on voit que ce n'est pas une question prioritaire dans les débats. Au contraire, elle est plutôt exploitée pour opposer les migrants aux autres », regrette-t-il. (avec AFP)

Télécharger le rapport.
Édition du vendredi 18 novembre 2016 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France