Édition du Lundi 28 avril 2008


Imprimer Imprimer

Crèches: la Fédération française des entreprises de crèches (FFEC) prêche la privatisation

La Fédération française des entreprises de crèches (FFEC) indique qu’elle a fait des propositions «nombreuses et concrètes» aux ministres concerné «pour développer le secteur». Elle s'est, affirme-t-elle, aussi engagée à créer 50.000 places d'ici 2012, soit pour l'Etat une économie d'1,1 milliard d'euros sur 4 ans à l'investissement et de 140 millions d'euros par an au fonctionnement. Xavier Bertrand, ministre du Travail, et Nadine Morano, secrétaire d'Etat à la Famille, ont récemment réaffirmé que le droit opposable à la garde d'enfants ferait l'objet d'un texte soumis au Parlement en 2009 pour une mise en oeuvre en 2012. Or, dit la FFEC, pour le garantir, «il faudra créer au moins 350.000 places d'accueil, ce qui entraînera un investissement de plus d'un milliard d'euros, et les ministres ont d'ores et déjà précisé qu'ils n'engageraient pas une politique massive de construction de crèches. Ils ont mis en avant le recours à tous les modes de garde alternatifs, et ont notamment loué les crèches d'entreprises, tout en regrettant qu'elles soient encore très minoritaires.» La Fédération se pose comme une «alliée incontournable» dans la mise en oeuvre du droit opposable à la garde d'enfants. Nées il y a quatre ans, les entreprises de crèches qui disent être dotées de «toutes les compétences nécessaires à la création et à la gestion de places nouvelles, conventionnées par la Caisse nationale des allocations familiales», interviennent sur trois axes principaux: -la création et la gestion de crèches pour les entreprises et les administrations; -la création et la gestion de structures d'accueil petite enfance des collectivités, via des délégations de service ou des marchés publics; -la reprise de la gestion de crèches, notamment de crèches en difficultés, qu'elles soient municipales, associatives ou d'entreprises. Selon la FFEC, «fruits d'un partenariat public/privé exemplaire», les projets des entreprises de crèches sont «financés en moyenne à 60% par des subventions publiques, les 40% restants étant à la charge non plus des collectivités territoriales mais des financeurs privés.» En outre, «là où les projets mettaient en moyenne 4 à 5 ans pour se créer, les entreprises de crèches ouvrent des structures en 6 à 18 mois.»c=http://www.domaincld.com
Édition du Lundi 28 avril 2008 image
Journal Officiel

Journal Officiel du

Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France

Découvrez en exclusivité quelques articles du numéro de janvier


 


Pour vous abonner www.amf.asso.fr