Édition du Lundi 22 novembre 2004


Imprimer Imprimer

Jean-Pierre Raffarin maintient sa prévision de croissance pour 2005 à 2,5% du produit intérieur brut

Jean-Pierre Raffarin maintient sa prévision de croissance de 2,5% du produit intérieur brut (PIB) pour 2005 et son engagement à faire baisser le chômage de 10% l'année prochaine, dans un entretien accordé lundi au quotidien économique La Tribune. "Je ne veux pas entrer dans le jeu des pronostics", déclare le Premier ministre en allusion aux mauvais résultats enregistrés par l'Insee pour la croissance au troisième trimestre 2004, qui font état d'une baisse (0,1% au lieu des 0,5% prévus). "Les chiffres sont systématiquement corrigés trimestre après trimestre, avec des écarts parfois très importants. Je constate qu'en 2004, l'évolution du PIB atteint 2% sur trois trimestres. Notre économie recommence à créer de l'emploi", ajoute-t-il, comme il l'avait fait à plusieurs reprises cette semaine lors de sa visite de travail au Mexique. "Je ne vois pas de raisons pour que cette tendance soit inversée. Je maintiens donc notre prévision de croissance de 2,5% pour 2005 et nos objectifs de créations d'emplois", souligne M. Raffarin. Dans le cadre de son "contrat 2005", le Premier ministre a pris "l'engagement personnel", la semaine dernière, de faire baisser le chômage en France de 10% en 2005, soit environ 250.000 demandeurs d'emploi en moins. Une promesse très fraîchement accueillie par les syndicats et les économistes français, qui la jugent "excessivement optimiste". M. Raffarin table "sur la création d'au moins 150 000 emplois liés à la croissance" l'année prochaine. "Le plan de cohésion sociale doit rendre celle-ci plus fertile en emplois, grâce aux 185 000 « contrats d'avenir » budgétés, au développement des contrats d'apprentissage, au parcours personnalisé des chômeurs qui doit nous permettre de répondre aux offres d'emploi non satisfaites", précise-t-il. "Notre objectif est qu'au moins un tiers de ces offres, soit 100 000, puissent être pourvues rapidement. Enfin, la plus faible augmentation de la population active, avec le double effet de la démographie et des départs à la retraite anticipés, jouera sur la baisse du chômage", affirme le chef du gouvernement. "A ces trois facteurs s'ajoutera la dynamique PME que nous allons renforcer en 2005", ajoute-t-il en s'appuyant sur le "plan Jacob", qui prévoit "la poursuite de la création d'entreprises au rythme de 200 000 par an et l'augmentation de 20% du nombre des PME exportatrices, qui passera donc à 120 000". "Je rappelle qu'un milliard d'euros d'exportations, c'est 15 000 emplois", a-t-il dit, sans préciser si ces emplois sont durables ou non.<scr
Édition du Lundi 22 novembre 2004 image
Journal Officiel

Journal Officiel du

Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France

Découvrez en exclusivité quelques articles du numéro de janvier


 


Pour vous abonner www.amf.asso.fr