Édition du Mardi 5 février 2019


Imprimer Imprimer

Emmanuel Macron annonce un « grand plan » pour les petites associations

Emmanuel Macron a annoncé lundi vouloir lancer « un grand plan pour les petites associations » après avoir reconnu, lors d'un débat avec des élus franciliens, que la forte réduction des emplois aidés décidée par le gouvernement avait posé « un vrai problème pour beaucoup d'associations et de villes ». Le président de la République a évoqué des pistes pour compenser la disparition de ces emplois aidés dans le cadre « du grand plan pour les petites associations (qu'il veut) qu'on lance », a-t-il dit. Le gouvernement est en train de supprimer les trois quarts de ces contrats, qui sont passés de 320 000 en 2017 à 130 000 budgétés pour 2019.
Interpellé par de nombreux élus et responsables associatifs sur ce sujet lors d'un débat à Évry-Courcouronnes (Essonne), il a défendu cette politique mais esquissé un mea culpa. « Cela a été une mesure dont la philosophie est bonne mais force est de constater que dans les lieux fragiles, cela a fait souffrir. Il ne faut pas se voiler la face. Il faut accélérer les mesures de compensation », a-t-il déclaré. « On a fortement réduit les emplois aidés mais il faut continuer à développer fortement les PEC (parcours emplois compétences), qui ne sont pas assez utilisés parce que pas assez connus, la garantie jeune et l'ouverture du service civique », a-t-il ajouté.
Le chef de l'État s'est aussi dit prêt à envisager des « emplois francs associatifs », sur le modèle des emplois francs pour le secteur privé, un dispositif qui prévoit des aides de l'État pour l'emploi de résidents des quartiers défavorisés. « Vous avez ouvert cette piste, je suis prêt à ce qu'on la regarde », a-t-il souligné. « Ce qui sort du débat, c'est de dire qu'on doit ''booster'' le tissu associatif par un dispositif d'emplois francs associatifs pour les petites associations », a-t-il ajouté.
« Les associations de petite taille ont été les parents pauvres de la politique de la ville », a renchéri le secrétaire d'État Julien Denormandie, regrettant que les contraintes administratives soient aussi fortes pour les associations de grande ou petite taille, ce qui dans les appels d'offre « favorise les professionnels de la recherche de financement ».
Il a aussi dit vouloir accorder aux petites associations des subventions pluriannuelles, une demande récurrente du secteur associatif, « afin de vous donner plus de visibilité », notamment pour les associations qui s'appuient sur des bénévoles.

La feuille de route du gouvernement
Le 29 janvier, moins d'une semaine avant cette annonce, Gabriel Attal, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, qui travaille sur le sujet de concert avec Julien Denormandie, a présenté un point d’étape de la feuille de route gouvernementale pour le développement de la vie associative. Celle-ci avait été officiellement lancée le 29 novembre 2018.
Le benjamin du gouvernement annonçait notamment « un appui structurel et un accompagnement renforcé des associations » de la part de l’État. Pour faciliter la vie des associations de petite taille, « le dispositif Impact Emploi, qui permettait aux associations de moins de 10 salariés de déporter leurs formalités administratives sur l’URSSAF, sera élargi aux associations de moins de 20 salariés ». Le développement du « compte-asso » se poursuivra, a aussi fait savoir Gabriel Attal. Celui-ci propose notamment « un bouquet de services numériques comme la possibilité de valider les déclarations bénévoles au titre du compte d’engagement citoyen (mis en ligne en janvier 2019) ; la possibilité de remplir en ligne son compte-rendu financier (pour avril-juin 2019) ; la possibilité de demande de subvention pluriannuelle à compter de 2020 ». Autre piste proposée pour soutenir l’emploi associatif d’utilité sociale, « 1 000 premiers postes Fonjep [Fonds de coopération de la jeunesse et de l’éducation populaire, ndlr] seront prévus dans la construction du budget 2020. »
L’intégralité de ce plan, qui prévoit une « meilleure reconnaissance » du bénévolat et l’amélioration de la « confiance entre les associations, les entreprises, les pouvoirs publics et les citoyens », sera présenté « à l’issue du grand débat national à la mi-mars », a annoncé ce matin sur RTL Julien Denormanie.
Ludovic Galtier (avec AFP)
Édition du Mardi 5 février 2019 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France

Découvrez en exclusivité quelques articles du numéro de janvier


 


Pour vous abonner www.amf.asso.fr