Édition du 4 octobre 2005


Imprimer Imprimer

Trains Corail: les usagers des transports publics (FNAUT) demandent à l'Etat et aux régions de s'entendre pour sauvegarder et développer le service public

Les usagers des transports publics renvoient dos à dos l’Etat et les régions dans le dossier de l’avenir des trains Corail: «Les voyageurs ne doivent pas être les victimes d’un affrontement politicien entre l’Etat et les conseils régionaux», juge la Fédération nationale des associations d’usagers des transports (FNAUT). Dans un communiqué, elle estime qu’un «financement tripartite des trains Corail, tel que proposé par la SNCF, est justifié». Selon elle, les trains Corail «aujourd’hui fragilisés» assurent simultanément des liaisons nationales, interrégionales et intrarégionales, et «sont indispensables aux voyageurs dont les besoins ne sont pas assurés par la seule combinaison TGV + TER, et relèvent donc du service public comme le rapport Barel l’avait reconnu dès 1995.» Les origines du déficit d’exploitation de ces trains sont, toujours selon les associations d’usagers, multiples: «mauvaise qualité de service offerte par la SNCF, et ses méthodes de commercialisation qui pénalisent et assèchent les relations Corail; sous-investissement récurrent dont souffrent les infrastructures ferroviaires et qu’un audit récent sur l’état du réseau vient de confirmer; priorité donnée, malgré les discours sur le développement durable, à la route et à l’avion par l’Etat, appuyé par les collectivités territoriales.» La SNCF doit donc «assumer une partie du déficit, et le réduire en améliorant le service offert: il ne s’agit pas de maintenir en l’état des services coûteux car inadaptés aux besoins et parfois peu fréquentés.» Mais, constate la FNAUT, «sa situation financière est aujourd’hui fragilisée par la forte revalorisation des péages qu’elle doit verser à RFF. L’Etat et les régions ne peuvent donc refuser dogmatiquement leur participation financière à l’exploitation des Corail et à la modernisation des infrastructures.» Elle précise que l’Etat «ne peut se désintéresser du rôle important que les trains Corail jouent dans l’aménagement du territoire. Et, au moment où le gouvernement préconise d’économiser le pétrole, on ne peut accepter que de nombreuses villes soient desservies seulement par des TER alors que le maillage autoroutier du territoire se renforce. La contribution de l’Etat pourrait être alimentée par une écotaxe sur les trafics autoroutiers et aériens en concurrence avec les Corail.» Enfin, pour la FNAUT, les conseils régionaux, «qui n’hésitent pas à investir des sommes considérables dans des travaux routiers et autoroutiers souvent concurrents directs du rail, alors que les lois de décentralisation ne leur ont donné aucune responsabilité dans ce domaine, doivent intervenir financièrement eux aussi, car les trains Corail contribuent largement à la desserte interne des régions.»c=http://www.
Édition du 4 octobre 2005 image
Journal Officiel

Journal Officiel du 4 octobre 2005

  • Premier ministre

    Comité interministériel et délégué interministériel pour le développement de l'offre de logements


     

  • Premier ministre

    Mise en place du programme d'audits de modernisation


     

  • Ministère de la culture

    Opérateurs d'archéologie préventive


     

  •  
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France

Découvrez en exclusivité quelques articles du numéro de juin


 


Pour vous abonner www.amf.asso.fr