Édition du 22  février 2016


Imprimer Imprimer

TET : le gouvernement précise ses intentions

Le secrétaire d’État chargé des Transports, Alain Vidalies, s’est livré vendredi à un « point d’étape » sur la question des trains d’équilibre du territoire (TET) – plus connus sous le nom d’Intercités. Au programme, des investissements sur le matériel roulant et la fin rapide des trains de nuit. Mais le « démembrement » un moment annoncé n’est, pour l’instant, pas l’ordre à du jour.
Pour le gouvernement, l’équation est simple : le déficit d’exploitation des TET est de 400 millions d’euros par an, et il est « insoutenable ». Il faut donc relancer la fréquentation, afin d’améliorer les recettes. Et pour ce faire, le meilleur moyen est encore d’offrir plus de confort, de rapidité et de services aux usagers de ces lignes. En effet, les TET apparaissent clairement comme le parent pauvre du transport ferroviaire français, coincés entre les TGV, qui ont eu droit à la part du lion des investissements de l’État, et les TER, entièrement renouvelés aux frais des régions depuis une quinzaine d’année.
Les lignes Intercités, elles – c’est-à-dire tout ce qui n’est ni TGV ni TER – n’ont eu droit depuis des années qu’à quelques coups de peinture, puisqu’on y circule encore dans les vieille rames Corail dont l’aménagement intérieur a été refait.
Voilà qui devrait en partie changer dans les années à venir, puisqu’Alain Vidalies a promis des investissements : en particulier sur trois lignes jugées prioritaires, Paris-Limoges-Toulouse, Paris-Clermont-Ferrand et Bordeaux-Toulouse-Marseille. Pour ces lignes, ce sont quelque 1,5 milliard d’euros qui devraient être débloqués. Un appel d’offres va être lancé cette année pour le renouvellement complet du matériel et l’acquisition de rames pouvant circuler à 200 km/h. On verra si cette annonce répond, notamment, aux attentes de certains industriels, dont Michelin qui avait clairement annoncé il y a quelques années que, faute de TGV Paris-Clermont-Ferrand, il envisageait de déménager son siège social de la capitale auvergnate.
Autre point de crispation : les lignes Paris-Normandie. Les axes Paris-Rouen-Le Havre et Paris-Caen-Cherbourg sont notoirement sous-équipées, accumulent les retards, les pannes, et concentrent la colère des usagers. Alors qu’il semblait qu’on se dirigeait vers une solution radicale, avec la suppression envisagée des deux tiers des liaisons (lire Maire info du 21 mai 2015), une autre solution est aujourd’hui sur le point d’aboutir, sous la houlette du nouveau président de la région Normandie, Hervé Morin : la région reprendrait à l’État son rôle d’autorité organisatrice sur ces deux lignes, en échange d’un financement par l’État de matériel roulant neuf (pour un montant de 600 à 700 millions d’euros, précisait vendredi dernier Hervé Morin).
Le secrétaire d’État a également confirmé que « 34 rames neuves » (510 millions d’euros) étaient commandées à Alstom pour renouveler le matériel sur les lignes non électrifiées (notamment Paris-Troyes-Belfort et Paris-Amiens-Boulogne. Rien de nouveau en l’occurrence : l’annonce de cette commande avait été rendue officielle le 25 septembre… 2013.
Les nouvelles ne sont pas bonnes enfin pour les usagers des trains de nuit. Comme plusieurs autres annonces le laissaient entendre depuis des mois, le gouvernement jette l’éponge en la matière. Avec une parfaite maîtrise de l’antiphrase, Alain Vidalies a annoncé « un nouveau modèle pour l’offre TET de nuit ». Il s’agit en effet d’un « nouveau modèle » : supprimer l’offre. En dehors des deux lignes Paris-Briançon et Paris-Rodez-La Tour de Carol, l’État « a décidé de ne plus financer l’exploitation de ces lignes ». Elles seront arrêtées le 1er juillet prochain.
F.L.
Édition du 22  février 2016 image
Journal Officiel

Journal Officiel du 21  février 2016

  • Ministère de la transition écologique et solidaire

    Décret n° 2016-170 du 18 février 2016 relatif à la procédure d'appel d'offres pour les installations de production d'électricité


    Lire le JO  

  • Ministère de l'intérieur

    Décret du 19 février 2016 portant nomination du sous-préfet de Pointe-à-Pitre (classe fonctionnelle II) - M. JUMEZ (Jean-Michel)


    Lire le JO  

  • Ministère de l'intérieur

    Décret du 19 février 2016 portant nomination du sous-préfet de Commercy - M. REYMOND-KELLAL (Romain)


    Lire le JO  

  • Lois et décrets

    LOI n° 2016-162 du 19 février 2016 prorogeant l'application de la loi n° 55-385 du 3 avril 1955 relative à l'état d'urgence (1)


    Lire le JO  

  • Ministère de l'éducation nationale et de la jeunesse

    Arrêté du 8 février 2016 relatif à la liste des académies de métropole, des départements et régions d'outre-mer et des collectivités d'outre-mer dans lesquelles peuvent être subies les épreuves obligatoires de langues vivantes autres qu'allemand, anglais, espagnol et italien à la session 2016 du baccalauréat général et du baccalauréat technologique


    Lire le JO  

  • Ministère du travail

    Arrêté du 4 février 2016 fixant un montant expérimental de l'aide de l'Etat pour les emplois d'avenir conclus à La Réunion


    Lire le JO  

Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France

Découvrez en exclusivité quelques articles du numéro de juin


 


Pour vous abonner www.amf.asso.fr