Édition du 20  janvier 2006


Imprimer Imprimer

Livre blanc sur les transports: «La mobilité doit être au coeur des politiques à tous les niveaux», estime Conseil des communes et régions d'Europe (CCRE)

Les politiques de mobilité doivent être placées au coeur des actions européennes, nationales, régionales et locales. C'est l'argument principal de la réponse du Conseil des communes et régions d'Europe (CCRE) à la consultation publique de la Commission européenne sur la révision à mi-parcours du Livre blanc sur la politique européenne des transports. Comme représentant des gouvernements locaux et régionaux européens, le CCRE se réjouit de la révision du Livre blanc; en effet, de nombreuses villes sont confrontées à de sérieux problèmes de trafic. Ces problèmes contribuent de manière négative à la pollution, la santé publique et au changement climatique. Cependant, le CCRE estime que les collectivités locales et régionales doivent être libres de choisir comment gérer leurs transports publics. C'est pour cela que le principe de subsidiarité doit être pris en compte dans l'élaboration de futures directives concernant les transports. Un autre point important pour le Conseil est lié à la croissance économique en Europe. Celle-ci entraîne une forte augmentation du transport routier. Le CCRE demande dès lors à la Commission de poursuivre ses efforts pour mieux équilibrer le transport de passagers et de biens en Europe entre la route, les voies ferrées et les modes de transports alternatifs et durables. En outre, vu les problèmes de pollution et de mobilité croissants, le CCRE supporte fortement le point de vue de la Commission, qui veut pourvoir des alternatives au transport routier. Actuellement, les coûts sociaux et environnementaux du transport routier à large échelle retombent sur la société entière et non pas exclusivement sur les utilisateurs de voitures et camions. Le CCRE estime que ces utilisateurs individuels doivent contribuer à ces coûts via des taxes environnementales, sur l'énergie, sur les émissions de CO2 ou encore par le biais de péages urbains. Ceci peut en outre inciter les citoyens à utiliser plus fréquemment les transports publics. Cependant, il est important de prendre en considération les différences entre les pays de l'Union Européenne concernant le trafic et le transport quand de telles mesures sont envisagées. Le CCRE accueille positivement les nombreux programmes et projets européens qui étudient les possibilités de politiques de transport innovatrices. Cependant, il regrette que la Commission n'offre pas de financement au villes et régions (ou ne fût-ce qu'à certaines d'entre elles) pour le développement d'alternatives efficaces au transport routier.c=http://www.update
Édition du 20  janvier 2006 image
Journal Officiel

Journal Officiel du 20  janvier 2006

  • Premier ministre

    Préfet de région coordonnateur du programme interrégional d'aménagement du territoire entre Saône et Rhin


    Lire le JO  

  • Actualisation et adaptation du droit économique et financier applicable à Mayotte, en Nouvelle-Calédonie, en Polynésie française et dans les îles Wallis et Futuna


    Lire le JO  

  • Mesures des valeurs limites d'exposition du public aux champs électromagnétiques


    Lire le JO  

  • Concours de recrutement de rédacteurs territoriaux (externe, interne et troisième voie), spécialité administration générale


    Lire le JO  

Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France

Découvrez en exclusivité quelques articles du numéro de juin


 


Pour vous abonner www.amf.asso.fr