Édition du 7 juin 2017


Imprimer Imprimer

Richard Ferrand : « Logement d’abord » plutôt qu’hébergement d’urgence

Le ministre de la Cohésion des territoires, dont les attributions comprennent également le logement et la prévention de la précarité, a reçu hier les représentants d’une quinzaine d’associations de lutte contre l’exclusion. Il a annoncé à cette occasion le lancement d’un « plan quinquennal pour le logement d’abord ».
Derrière cette expression de « logement d’abord », il y a un concept venu des États-Unis dans les années 1990, le housing first, qui a commencé à être transposé en France en 2010 avec le programme expérimental « Un chez-soi d’abord ». L’idée est simple : trouver des solutions pour mettre un logement à disposition des personnes les plus fragiles, notamment celles qui sont victimes de pathologies mentales ou psychiques. Ce concept part du constat que 30 % des sans-domicile-fixe souffrent de troubles mentaux, et qu’avant de tenter de les soigner, il faut commencer par leur offrir un toit. Le moyen utilisé est « l’intermédiation locative » : une association loue un logement, puis le sous-loue à la personne, en prenant en charge une partie du loyer.
Le programme « un chez-soi d’abord » a été expérimenté à partir de 2011 à Paris, Lille, Marseille et Toulouse, et a permis de loger 353 personnes. Il a surtout permis de tester le système et ses implications, et de comprendre que son coût –estimé dans une étude à 14 000 euros par personne et par an – est inférieur aux coûts évités (17 000 euros par personne et par an). D’où la généralisation de ce dispositif à tout le territoire, et toujours en direction des personnes souffrant de troubles mentaux, par un tout récent décret du 26 décembre 2016.
Depuis, l’Ansa (Agence nationale des solidarités actives) a rendu un rapport, en mars, pour généraliser le dispositif « Logement d’abord » au-delà des seuls malades. Elle préconisait notamment un renforcement du pilotage local du dispositif, en « incitant les EPCI à se saisir de leurs nouvelles compétences pour porter des politiques volontaristes à l’égard des personnes sans domicile ».
Le nouveau ministre en charge du Logement semble se trouver sur la même longueur d’onde : plutôt que de privilégier l’hébergement d’urgence, il souhaite promouvoir la démarche Logement d’abord, qu’il a définie hier comme « la base fondamentale pour changer de logique, un principe directeur ». Richard Ferrand a rappelé que le président de la République s’était engagé, pendant sa campagne, à apporter « des réponses structurelles et performantes aux questions d’hébergement ». Jusqu’à maintenant, a expliqué le ministre aux associations, la réponse a été « essentiellement quantitative et nous étions entrés massivement dans une logique de l’hébergement d’urgence, qui était devenue la règle plutôt que l’exception ». Changement de cap, donc : le ministre souhaite, détaille un communiqué du ministère, « lancer un plan ambitieux sur cinq ans pour accélérer la mise en œuvre du principe du « Logement d’abord » en orientant les personnes sans-domicile, de la rue ou de l’hébergement d’urgence vers le logement ». Il s’agit de passer « d’une réponse construite dans l’urgence s’appuyant majoritairement sur des places d’hébergement avec des parcours souvent longs et coûteux, à un accès direct au logement avec un accompagnement social adapté aux besoins des personnes ».
Le ministre n’a pour l’instant pas fixé d’objectif chiffré, disant seulement sa volonté de réduire « significativement » le nombre de personnes sans domicile d’ici 2022.
F.L.
Télécharger le rapport de l’Ansa.
Édition du 7 juin 2017 image
Journal Officiel

Journal Officiel du 7 juin 2017

  • Ministère de l'intérieur

    Arrêté du 23 mai 2017 portant approbation du nouveau cahier des charges des dispositifs de télétransmission des actes soumis au contrôle de légalité et modifiant la procédure d'homologation


    Lire le JO  

  • Ministère des solidarités et de la santé

    Arrêté du 30 mai 2017 fixant pour 2017 les dotations régionales limitatives de dépenses médico-sociales des établissements et services médico-sociaux publics et privés mentionnés à l'article L. 314-3-3 du code de l'action sociale et des familles


    Lire le JO  

  • Ministère des solidarités et de la santé

    Décision n° 2017-06 du 16 mai 2017 relative aux dotations régionales limitatives 2017 et à la moyenne nationale des besoins en soins requis 2017


    Lire le JO  

  • Ministère de l'europe et des affaires étrangères

    Arrêté du 6 juin 2017 fixant la liste des candidats au second tour de l'élection des députés élus par les Français établis hors de France


    Lire le JO  

  • Ministère du travail

    Avis de vacance de l'emploi de responsable de l'unité départementale de Charente à la direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi de Nouvelle-Aquitaine


    Lire le JO  

  •  
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France

Découvrez en exclusivité quelques articles du numéro de juin :

Pratique : La création d’une commune nouvelle sur des départements différents

 


Pour vous abonner www.amf.asso.fr