Édition du 2 juin 2016


Imprimer Imprimer

Prévention de la radicalisation : les maires demandent une meilleure collaboration avec l'État

Depuis les attentats de janvier et novembre 2015, la radicalisation violente n’est plus un phénomène abstrait, réservé à des pays plus ou moins lointains. La prévention de la radicalisation est devenue une urgence au niveau national comme au niveau local. Au niveau local justement, comme l’a rappelé Roger Vicot, co-animateur avec Jean-Louis Mivel de l’atelier consacré à ce sujet hier matin lors du congrès des maires, les maires ont pris l’engagement d’agir aux côtés de l’État, le 18 novembre, lors du rassemblement  qui a remplacé le congrès reporté en raison des attentats. La semaine dernière, l’AMF a signé une convention avec le gouvernement pour renforcer le partenariat entre l’État et les communes sur ce sujet. Mais lors de l’atelier d’hier, l’impatience autant que l’inquiétude des maires sur certains points étaient palpables.
Pour certains élus de banlieues, ces phénomènes de radicalisation n’ont « rien de nouveau ». « Dans nos banlieues, la radicalisation s’est installée depuis 10 ans », selon Jacqueline Eustache-Brinio, la maire de Saint-Gratien (Val-d’Oise), qui regrette que l’Etat ait trop longtemps regardé comme des « fous furieux » les maires qui l’alertaient sur ces questions. Son collègue de Sarcelles, François Pupponi, s’est dit « fatigué et déçu » : « On revit aujourd’hui ce que l’on a vécu sur la prévention de la délinquance il y a vingt ans. L’Etat n’a toujours pas compris que ce problème, nous le réglerons ensemble, ou pas ». Or, si l’Etat renforce ses dispositifs, qu’il décline au niveau des départements ou des communes (comme en ajoutant la prévention de la radicalisation aux missions des conseils locaux de prévention de la délinquance), les écarts entre la théorie à la pratique sont parfois frappants. Comme lorsque François Pupponi explique qu’il n’a toujours pas été contacté par la préfecture de son département à propos d’une cellule sur la prévention de la radicalisation.
Le chargé de mission auprès du Comité interministériel de la prévention de la délinquance et la radicalisation (CIPDR) a reconnu d’une certaine façon le caractère parfois laborieux de ce partenariat, lorsqu’il a donné le nombre de départements dans lesquels les communes ont été effectivement impliquées (soit dans des cellules de suivi soit sur le repérage et la prise en charge de personnes radicalisées) : 37, sur les 101 départements français. À peine un tiers donc. Cet exemple illustre une fois « l’isolement des maires, confrontés à un problème qui les dépasse » selon les mots de la sénatrice de l’Orne, Nathalie Goulet. L’élue n’a pas été tendre vis-à-vis de l’Etat, incapable selon elle d’apporter des réponses plus concrètes aux élus locaux. Les maires n’ont pas été moins directs, en demandant aussi des actes plus concrets. Certains ont ainsi suggéré que des rencontres soient formalisées et donc rendues obligatoires aux services de l’Etat, seul moyen pour faire vivre ce partenariat, éviter que les informations récupérées au quotidien ne se perdent et obtenir qu’elles circulent partout dans les deux sens. Les maires ont précisé qu’ils ne demandaient pas le partage absolu des informations (et notamment de connaitre les habitants fichés S), mais qu’ils attendaient « une circulation de l’information rigoureuse ». Autre inquiétude exprimée : celle des moyens. Ceux-là même dont les élus ont besoin pour mener les actions qu’ils ont déjà engagées ou qu’ils projettent. De la formation des élus et celles de leurs agents à la détection des facteurs de radicalisation ou la mise en place de structures expérimentales d’accompagnement de jeunes repérés. Là encore, le sentiment latent des élus est que les moyens sont en décalage avec la réalité des besoins.
E.S.
Voir l'Interview de Nathalie Goulet sur la WebTV du Congrès.
Édition du 2 juin 2016 image
Journal Officiel

Journal Officiel du 2 juin 2016

  • Lois et décrets

    LOI n° 2016-719 du 1er juin 2016 habilitant le Gouvernement à adopter des mesures relevant du domaine de la loi pour simplifier et rationaliser l'organisation de la collecte de la participation des employeurs à l'effort de construction et la distribution des emplois de cette participation (1)


    Lire le JO  

  • Ministère de la transition écologique et solidaire

    Arrêté du 20 avril 2016 portant agrément de l'association de surveillance de la qualité de l'air de La Réunion


    Lire le JO  

  • Ministère de l'intérieur

    Décret n° 2016-723 du 31 mai 2016 modifiant les conditions d'obtention des catégories A et BE du permis de conduire


    Lire le JO  

  • Ministère de l'intérieur

    Décret du 31 mai 2016 portant titularisation d'un préfet et radiation du corps des administrateurs civils - M. MOUGARD (Jean-Michel)


    Lire le JO  

  • Ministère de l'intérieur

    Décret du 31 mai 2016 portant titularisation d'une préfète et radiation du corps des administrateurs civils - Mme BROCAS (Sophie)


    Lire le JO  

  •  
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France

Découvrez en exclusivité quelques articles du numéro de juillet-août :

Les principaux enseignements des élections législatives
Finances locales : des incertitudes planent sur les chantiers du gouvernement
Transports. La métropole lilloise expérimente le "péage positif"
PRATIQUE. Organiser la deuxième vie des déchets de chantier

 


Pour vous abonner www.amf.asso.fr