Édition du 2 mai 2016


Imprimer Imprimer

Les élus d'Alsace, Champagne-Ardenne, Lorraine valident le nom « Grand Est »

La nouvelle région issue de la fusion de l'Alsace, de la Lorraine et de la Champagne-Ardenne s'appellera « Grand Est » ont décidé vendredi les élus régionaux, confirmant le choix des citoyens qui avaient à 75% voté pour ce nom lors d'une consultation sur internet.
Ce choix, qui ne sera officiel qu'après validation par le Conseil d'Etat - au plus tard le 1er octobre - a été validé à mains levées par les 104 élus de la majorité (LR) du conseil régional, réuni en séance plénière à Strasbourg.
« Je suis heureux d’annoncer qu'à partir d'aujourd'hui, le nom de notre région sera le Grand Est. Mais nous continuerons à être des Alsaciens, des Lorrains, des Champenois, des Ardennais », a souligné après le vote le président de la collectivité, l'ancien ministre Philippe Richert.
Les 46 élus Front national ont voté contre. Leur chef de file Florian Philippot a dénoncé le coût de la consultation (37 000 euros) ayant mené à ce choix, une procédure « superflue » selon lui. La région aurait dû s'appeler tout simplement « Alsace, Lorraine, Champagne-Ardenne », a-t-il affirmé.
Dans les courriers et la communication officielle de la collectivité, les noms des trois anciennes régions figureront cependant bien en « 2e ligne » sous la mention « Grand Est », a souligné Valérie Debord (LR). Les 19 élus socialistes se sont abstenus.
Le conseil régional a par ailleurs décidé qu'il aurait officiellement son siège à Strasbourg, où se réunira sa commission permanente - et où la loi a fixé la préfecture régionale. En revanche les séances plénières, moins fréquentes, seront organisées à Metz, dans le bâtiment de l'ancien conseil régional de Lorraine qui dispose d'un hémicycle plus vaste.
Le conseil économique, social et environnemental régional (CESER) se réunira aussi à Metz, mais ses services administratifs seront installés à Châlons-en-Champagne, où siégera la commission des finances du conseil régional.
Samedi, quelque 400 à 500 personnes toujours opposées à la fusion de l’Alsace avec la Lorraine et la Champagne-Ardenne ont manifesté à Strasbourg pour demander que les Alsaciens soient consultés par référendum sur cette fusion.



Édition du 2 mai 2016 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France

Découvrez en exclusivité quelques articles du numéro de juillet-août :

Les principaux enseignements des élections législatives
Finances locales : des incertitudes planent sur les chantiers du gouvernement
Transports. La métropole lilloise expérimente le "péage positif"
PRATIQUE. Organiser la deuxième vie des déchets de chantier

 


Pour vous abonner www.amf.asso.fr