Édition du 7 juin 2017


Imprimer Imprimer

La résilience territoriale, un concept adapté aux crises actuelles

« Résilience et territoires ». Ce thème dans l’air du temps a été choisi par l’AITF (Association des ingénieurs territoriaux de France) et le CNFPT pour les RNIT (Rencontres nationales de l’ingénierie territoriale), qui se sont tenues les 1er et 2 juin au Havre, en partenariat notamment avec l’AMF. Il était logique de faire escale dans cette ville portuaire, détruite à 80% en 1944, et ayant su rebondir avec en point d’orgue son classement, en 2005, au patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco pour son centre-ville redessiné par l’architecte Auguste Perret. Autour d’une quinzaine d’ateliers et de deux plénières, avec en invité vedette Boris Cyrulnik, célèbre psychologue et psychanalyste, le concept de résilience a infusé dans l’esprit des 600 congressistes qui n’en étaient pas toujours très coutumiers. En effet, selon une enquête réalisée par Hiceo pour les RNIT, il s’agit d’un concept peu familier pour 71% des ingénieurs territoriaux. Ce qui ne les empêche pas de bien l’appréhender et de reconnaître que les services publics ne se structurent pas assez en ce sens.
Notion issue de la physique puis de la psychologie – Boris Cyrulnik la définit comme un « traumatisme maximum que peut subir un individu avant de se reconstruire » –, la résilience s’applique aussi aux territoires en questionnant l’organisation des services publics et la gouvernance locale. Avec plusieurs significations : l’anticipation, la prévention, la protection, l’adaptation, le rebond, la recomposition… Les mots ne manquent pas tellement les cas de figure sont différents. Exemple : la gestion de crise, suite à une catastrophe naturelle ou industrielle. Le territoire doit pouvoir la gérer mais aussi l’anticiper et la prévenir. Avec une coproduction indispensable entre tous les acteurs, au premier rang desquels la population. « C’est comme un tricot qui noue une laine développementale avec une laine affective et sociale », décrit joliment Boris Cyrulnik. « On a reçu un coup et on se remet à vivre, indique le psychanalyste. Le cerveau connaît un fonctionnement très différent après avoir connu un traumatisme. Cette notion de la résilience se popularise et s’élargit à d’autres secteurs ».
Un simple effet de mode ? « Pas du tout », balaye Sébastien Maire, responsable de la résilience à la Ville de Paris qui est membre du réseau international des 100 villes résilientes. Selon lui, « la montée en puissance de la résilience s’explique par les nombreuses crises actuelles qui génèrent un avenir incertain ». Elle permet de vraies solutions mais à condition de respecter plusieurs principes clefs. « Se construire une armure par les politiques de prévention ne suffit plus car il n’est pas possible de tout prévoir et anticiper », estime Damienne Provitolo, chargée de recherche au CNRS. Et de préciser : « La résilience permet d’être plus flexible et de mieux s’adapter. Il n’existe pas de recette miracle mais un éventail d’actions à mener en parallèle ». Pour cela, il faut un portage politique fort des élus et une réelle transversalité entre les services de la collectivité. « Même s’il faut préserver l’expertise des services techniques, cette transversalité est indispensable. Les expériences réussies d’Agenda 21 constituent des premiers pas intéressants », précise Yona Jebrak, professeure au département d’études urbaines à l’université de Montréal.
Tout ce travail de résilience génère des coûts importants. « Mais il s’agit d’une bonne dépense avec un vrai retour sur investissement par la suite », défend Boris Cyrulnik. Comme quoi, psychologie et rationalité budgétaire peuvent faire bon ménage !
Philippe Pottiée-Sperry
Édition du 7 juin 2017 image
Journal Officiel

Journal Officiel du 7 juin 2017

  • Ministère de l'intérieur

    Arrêté du 23 mai 2017 portant approbation du nouveau cahier des charges des dispositifs de télétransmission des actes soumis au contrôle de légalité et modifiant la procédure d'homologation


    Lire le JO  

  • Ministère des solidarités et de la santé

    Arrêté du 30 mai 2017 fixant pour 2017 les dotations régionales limitatives de dépenses médico-sociales des établissements et services médico-sociaux publics et privés mentionnés à l'article L. 314-3-3 du code de l'action sociale et des familles


    Lire le JO  

  • Ministère des solidarités et de la santé

    Décision n° 2017-06 du 16 mai 2017 relative aux dotations régionales limitatives 2017 et à la moyenne nationale des besoins en soins requis 2017


    Lire le JO  

  • Ministère de l'europe et des affaires étrangères

    Arrêté du 6 juin 2017 fixant la liste des candidats au second tour de l'élection des députés élus par les Français établis hors de France


    Lire le JO  

  • Ministère du travail

    Avis de vacance de l'emploi de responsable de l'unité départementale de Charente à la direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi de Nouvelle-Aquitaine


    Lire le JO  

  •  
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France

Découvrez en exclusivité quelques articles du numéro d'octobre


 


Pour vous abonner www.amf.asso.fr