Édition du 22  novembre 2012


Imprimer Imprimer

Marisol Touraine annonce des mesures pour lutter contre les déserts médicaux

Comment faire venir des médecins sur les territoires qui en manquent ? En présence de Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la santé, c’est la question qui a été au centre du débat organisé hier sur les services à la population. Michel Vergnier, maire de Guéret et président de la commission communes et territoires ruraux de l’AMF, s’est d’abord insurgé contre l’expression de « déserts médicaux » : « Comment attirer les gens avec ces mots ? », a-t-il demandé.
Toutefois, devant les difficultés à attirer des médecins dans les zones défavorisées ou isolées, plusieurs voix se sont élevées chez les intervenants et dans la salle pour exprimer un scepticisme devant les mesures incitatives annoncées par la ministre, tel ce maire et médecin d’Eure-et-Loir appelant à la responsabilité des médecins et leur « devoir de santé publique ».
« Les médecins ne veulent pas de l’argent, ils veulent des bonnes conditions de travail : un contact facile avec l’hôpital, un contact assuré avec un laboratoire médical, un travail en équipe », a assuré Marisol Touraine en contrepoint, indiquant que la question n’était pas d’offrir des « incitations financières » mais de « créer un environnement de travail ». La ministre a annoncé l’adoption dans quelques semaines de « tout un ensemble de mesures », avec par exemple l’encouragement des stages en cabinets libéraux pour initier les étudiants à la pratique médicale dans les territoires.
Beaucoup aussi, dont Vanik Berberian, président de l’Association des maires ruraux de France, ont mis en cause le côté « technocratique » des agences régionales de santé (ARS) et la difficulté à dialoguer avec elles. Un avis en partie partagé par la ministre : « les ARS n’ont pas assez pris en compte la réalité des besoins territoriaux et des attentes des élus ».
Résumant le sentiment général, Gilles Leproust, maire d’Allonnes, a appelé à « renforcer le service public national, pour que le service public local arrive en complémentarité ». Une nécessité d’autant plus forte que certains maires se voient parfois contraints, devant la « rupture d’accès au droit », de « créer un service public pour expliquer leurs droits aux citoyens et leur donner un accès à d’autres services publics », a souligné Stéphane Beaudet, maire de Courcouronnes. "
La crise va amener à réfléchir sur l'offre de service public", a estimé pour sa part le président du Conseil économique, social et environnemental, Jean-Paul Delevoye. Tous les élus ont insisté sur le nécessaire besoin « d’innover », pour faire face à la rupture d’égalité ou au poids des normes.
Édition du 22  novembre 2012 image
Journal Officiel

Journal Officiel du 22  novembre 2012

  • Arrêté du 16 novembre 2012 modifiant la liste des spécialités pharmaceutiques agréées à l'usage des collectivités et divers services publics


    Lire le JO  

  • Ministère de l'intérieur

    Arrêté du 8 novembre 2012 portant ouverture au titre de l'année 2013 d'un examen professionnel d'accès au grade d'attaché principal territorial


    Lire le JO  

Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France

Découvrez en exclusivité quelques articles du numéro d'octobre :

100 e Congrès des maires : les principaux rendez-vous
Emploi : le débat sur l'avenir des contrats aidés s'engage entre l'Etat et les élus
TERRITOIRES. Les villes exhument leurs rivières enfouies en centre-ville
JURIDIQUE. Les lois pour renforcer la confiance dans la vie politique

 


Pour vous abonner www.amf.asso.fr