Édition du 1er octobre 2018


Imprimer Imprimer

Sapeurs-pompiers : un plan d'action pour favoriser le recrutement

En clôture du 125e congrès des sapeurs-pompiers, qui s’est tenu à Bourg-en-Bresse la semaine dernière, le ministre de l’Intérieur est venu présenter samedi son « plan d’action pour le volontariat », issu du rapport qui lui a été remis en mai dernier sur ce sujet. 37 mesures, dont 19 devraient être mises en œuvre dès le premier semestre 2019, ont été dévoilées.
« Les sapeurs-pompiers volontaires constituent la clef de voûte de notre modèle de sécurité civile », a affirmé Gérard Collomb en préambule de son intervention. Objectif : « stabiliser et pérenniser », puis faire repartir à la hausse le recrutement des sapeurs-pompiers volontaires, qui sont un peu moins de 195 000 aujourd’hui, soit 5 000 de moins qu’il y a dix ans. Ils représentent 79% des effectifs des sapeurs- pompiers de France.
Parmi les principaux objectifs fixés par le ministre, figure celui de féminiser les effectifs des sapeurs-pompiers volontaires (SPV) – les femmes ne représentent que 17 % des effectifs aujourd’hui, et à peine 3 % des postes d’encadrement. Parmi les mesures proposées pour une mise en œuvre dès l’an prochain, on trouve donc « l’adaptation des locaux, des équipements et de l'habillement » pour faciliter l’engagement des femmes. Un autre objectif prioritaire sera le recrutement dans les quartiers QPV, notamment en « sensibilisant les jeunes de ces quartiers au volontariat » à travers les conseils citoyens et les médias locaux.
Le ministre souhaite également élargir le recrutement en ne faisant plus de la lutte contre l’incendie « un postulat pour le recrutement » : la formation incendie ne serait plus obligatoire, avec la création d’un « engagement différencié », donnant la possibilité à certains sapeurs- pompiers volontaires de se spécialiser dans la lutte contre l’incendie et d’autres au SUAP (secours d’urgence aux personnes).
Il est également prévu « d’améliorer » la protection sociale des SPV, avec la « prise en charge financière améliorée des prestations non ou mal remboursées par la Sécurité sociale » et le fait de « permettre aux Sdis de prendre en charge la couverture sociale des SPV fonctionnaires en cas d’accident de service ». Très attendue par la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France, une « initiative » a été annoncée par Gérard Collomb à l’échelle européenne pour exempter le volontariat de toute application de la directive sur le temps de travail. Il s'agit de « pérenniser et sécuriser juridiquement les principes à la base de l’organisation nationale du volontariat », afin de garantir que les volontaires « puissent continuer à concilier librement leur engagement et leur activité professionnelle ».
L’engagement en tant que SPV va également, dès l’an prochain, devenir « un critère d’accès prioritaire au logement social ».

Réactions mitigées
Ces mesures ont été relativement bien accueillies par les élus départementaux – les départements assument globalement 58% du budget des SDIS (5 milliards d’euros en tout). Olivier Richefou, président du Conseil départemental de la Mayenne et de la Conférence nationale des services d’incendie et de secours, s’est « réjoui » dans un communiqué de voir que « l’essentiel des mesures présentées dans le cadre de la mission relative à l’avenir du volontariat » ont été retenues. Il s’est également félicité « de la prise de position ferme du ministre pour faire évoluer la directive européenne sur le temps de travail afin de faire reconnaitre le modèle français de sécurité civile », et restera « attentif » quant à la mise en œuvre de ces mesures.
Dominique Busssereau, président de l’Assemblée des départements de France (ADF), était quant à lui intervenu jeudi dans le cadre du congrès. Il a rappelé que la situation financière des départements n’est, à ce jour, « plus tenable ». « Si nous voulons conserver nos capacités de répondre aux demandes de secours, des réformes doivent être engagées », a martelé Dominique Bussereau. Il a également demandé que l’État « poursuive » son engagement budgétaire dans les Sdis (10 millions d’euros l’an dernier), afin que ceux-ci « retrouvent des marges d’investissement ».
F.L.
Télécharger les mesures du « plan d’action 2019-2021 ».

Édition du 1er octobre 2018 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France

Découvrez en exclusivité quelques articles du numéro d'avril

Loi Elan : décryptage du volet littoral

 


Pour vous abonner www.amf.asso.fr