Édition du 7 novembre 2006


Imprimer Imprimer

Prévention de la délinquance: Dominique de Villepin et Nicolas Sarkozy réunissent préfets, procureurs et recteurs

Dominique de Villepin a plaidé ce mardi matin pour «une police de tranquillité publique» afin de contenir notamment la délinquance des mineurs, un glissement sémantique dans le débat renaissant sur la police de proximité. Les forces de sécurité «n'ont pas à jouer le rôle des associations, des élus, des travailleurs sociaux qui remplissent une fonction différente», a déclaré le Premier ministre à l'occasion d'une réunion de travail inédite à Paris des préfets, procureurs généraux, procureurs et recteurs sur le thème de «L'Etat, la prévention et la sécurité». «Elles doivent rester un gage de protection, de défense de l'ordre et de la loi. C'est précisément ce qui avait été oublié à tort dans la police de proximité», a-t-il poursuivi. «Cette police à la fois plus présente et plus à l'écoute, mais garante du respect du droit et du respect des règles, c'est ce que j'appelle une police de tranquillité publique», a souligné le chef du gouvernement, qui prône le développement de l'îlotage. Succédant à Dominique de Villepin, qui a quitté la salle sitôt son discours prononcé, Nicolas Sarkozy, dans une intervention improvisée, s'est refusé à «recommencer ce qui a fait faillite». «Les mêmes causes produiront les mêmes effets. Le rôle de la police, il n'est pas d'entretenir des relations publiques avec les habitants du quartier, il y a des travailleurs sociaux pour ça, il y a des associations pour ça», a lancé le ministre de l'Intérieur. «Quand on est travailleur social, on n'est pas policier et vice-versa», a commenté par ailleurs le ministre de la Justice, Pascal Clément, devant des journalistes. Expérimentée par le gouvernement de Lionel Jospin, la police de proximité a été démantelée en 2002 par Nicolas Sarkozy. Le Parti socialiste propose son rétablissement dans son programme électoral et une mission sénatoriale, composée de 28 élus de tous bords, défend sa réactivation dans un rapport sur les quartiers en difficulté rendu public lundi. «La diminution des moyens consacrés à la médiation sociale, la "reconquête" des quartiers par de nouvelles méthodes d'intervention, ont éloigné la police de la population», note le rapport. «Un rééquilibrage paraît donc indispensable, de même qu'une relance des partenariats avec tous les acteurs de la prévention», ajoute-t-il.<
Édition du 7 novembre 2006 image
Journal Officiel

Journal Officiel du 6 novembre 2006

  • Commission consultative sur les déchets résultant de l'abandon des emballages servant à commercialiser les produits consommés ou utilisés par les ménages


     

  • Epreuves du concours externe pour le recrutement d'ingénieurs territoriaux (session 2007)


     

  • Comité national des retraités et des personnes âgées


     

  •  
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France

Découvrez en exclusivité quelques articles du numéro d'avril

Loi Elan : décryptage du volet littoral

 


Pour vous abonner www.amf.asso.fr