Édition du 10  novembre 2005


Imprimer Imprimer

Le gouvernement prépare un projet de loi visant à proroger l'état d'urgence au-delà du 20 novembre

Le nombre de violences urbaines a décru dans la nuit de mercredi à jeudi en France, où les mesures d'urgence prévues par le gouvernement n'ont été que rarement appliquées. Aucun préfet d'Ile-de-France, Paris inclus, n'a instauré de couvre-feu en raison d'une diminution des incidents dans les huit départements franciliens. En province, de nouveaux incidents ont éclaté en début de soirée dans la banlieue de Toulouse entre jeunes des cités sensibles et policiers. Une école a été détruite à Belfort et une partie de Lyon a subi une coupure d'électricité en raison de dégâts infligés à une station EDF, a rapporté la direction générale de la police nationale (DGPN). Le couvre-feu a été mis en oeuvre dans les Alpes-Maritimes, dans la Somme, en Seine-Maritime et dans le Loiret. Selon la DGPN, 299 voitures avaient été incendiées mercredi à 02h00 contre 458 la nuit précédente à la même heure. Dans le même temps, la police avait procédé à 155 interpellations contre 195. «C'est globalement positif», a souligné un officier selon lequel aucun blessé n'était à déplorer dans la nuit de mercredi à jeudi. Vingt-cinq départements métropolitains sur 96 ont été autorisés à instaurer le couvre-feu jusqu'au 20 novembre. Il vise à ramener le calme dans les banlieues et à interdire aux mineurs de circuler et de se rassembler de 21h00 à l'aube. En Ile-de-France, à 22h00, la tension était retombée mercredi soir et les incendies de voitures avaient reculé par rapport aux jours précédents. «C'est le calme. C'est la décrue», a dit à Reuters un porte-parole de la préfecture de Seine-et-Marne. Dans ce département de l'Est francilien, aucun incendie de voiture n'avait été constaté peu après 22h00 mercredi, contre 24 la veille au soir. Dans le Val d'Oise, à la même heure, la préfecture faisait état de seulement trois incendies de voitures et de deux feux de poubelles. «C'est le calme, c'est peut-être à cause du match de football France-Costa Rica», a-t-on souligné. En Seine-Saint-Denis, la préfecture de Bobigny avait pour sa part levé sa cellule de crise nocturne. A Toulouse, les incidents, qui ont débuté aux environs de 20h00, se sont déroulés dans les quartiers de Bellefontaine et du Mirail, dans la périphérie ouest de la ville où près de 350 policiers ont été déployés, a précisé la préfecture. Peu après 21h30, la tension semblait toutefois être retombée dans ces deux quartiers sensibles. A 23h00, onze véhicules avaient été incendiés dont l'un dans la cour d'une école primaire du quartier de Bellefontaine où un début d'incendie s'était déclaré, selon la préfecture de Midi-Pyrénées. Le feu a été vite maîtrisé par les pompiers. Le couvre-feu n'a pas été déclaré en Midi-Pyrénées, mais cette décision peut encore être prise «à tout moment en fonction du déroulement des incidents», a dit à Reuters la responsable de la préfecture. Le préfet de Seine-Saint-Denis, Jean-François Cordet n'a pas appliqué pour l'instant de couvre-feu dans son département où ont débuté les troubles urbains après la mort accidentelle de deux adolescents, le 27 octobre dernier à Clichy-sous-Bois. Le ministre de l'Intérieur, Nicolas Sarkozy a demandé mercredi aux préfets l'expulsion «sans délai» de 120 étrangers condamnés pour leur participation aux violences urbaines. Cette décision concerne les personnes en situation irrégulière mais aussi celles en possession d'un titre de séjour. Le conseil des ministres se tiendra lundi en vue notamment de l'examen d'un projet de loi visant à proroger l'état d'urgence au-delà du 20 novembre.<sc
Édition du 10  novembre 2005 image
Journal Officiel

Journal Officiel du 10  novembre 2005

  • Apprentissage


    Lire le JO  

  • Règles techniques et de sécurité applicables aux installations de gaz combustible et d'hydrocarbures liquéfiés situées à l'intérieur des bâtiments d'habitation ou de leurs dépendances


    Lire le JO  

  • Protocole de mesure in situ visant à vérifier pour les stations émettrices fixes le respect des limitations, en termes de niveaux de référence, de l'exposition du public aux champs électromagnétiques


    Lire le JO  

  • Comité national de l'eau


    Lire le JO  

  • Autorité de régulation des communications électroniques et des postes

    Evaluations définitives du coût du service universel et les contributions des opérateurs pour l'année 2004


    Lire le JO  

  •  
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France

Découvrez en exclusivité quelques articles du numéro de février


 


Pour vous abonner www.amf.asso.fr