Édition du 13  juin 2006


Imprimer Imprimer

Chiens dangereux: Dominique de Villepin veut tirer le «bilan» de la loi du 6 janvier 1999

Après la série d'attaques ces dernières semaines par des chiens en France, le Premier ministre Dominique de Villepin présidera dans les «tout prochains jours» une réunion interministérielle à Matignon pour faire un «bilan» de la loi du 6 janvier 1999 sur les animaux dangereux, ont annoncé ses services lundi. Selon un communiqué de Matignon, M. de Villepin a demandé des «propositions permettant de renforcer la prévention des attaques de personnes». Une réunion ministérielle se tiendra à cet effet «dans les tout prochains jours» à Matignon, précise le communiqué. Selon ce texte, M. de Villepin a exprimé son «émotion à la suite des incidents dramatiques intervenus au cours des derniers jours du fait d'attaques de personnes par des chiens dangereux, dont celles ayant entraîné la mort de deux jeunes enfants», les 31 mai et 9 juin derniers. Le Premier ministre a «donné pour instruction aux ministères concernés de procéder sans délai à des rappels de la réglementation en vigueur, et notamment des obligations auxquelles doit se conformer toute personne qui détient un animal réputé dangereux et des poursuites pénales auxquelles elle s'expose. Les services chargés des contrôles feront preuve de la plus grande vigilance et de la plus grande fermeté». La loi du 6 janvier 1999, qui prévoit une déclaration obligatoire des chiens concernés en mairie, répartit les chiens susceptibles d'être dangereux en deux catégories. La première regroupe les chiens d'attaque non inscrits à un livre généalogique reconnu et sans déclaration de naissance. Il peut s'agir de «pitt-bulls», assimilables par leurs caractéristiques morphologiques aux chiens de race Staffordshire terrier et American Staffordshire terrier, de «boerbulls», assimilables aux chiens de race Mastiff, et de chiens de type Tosa. Les chiens de deuxième catégorie sont considérés comme des chiens de garde et de défense. Ils sont inscrits à un livre généalogique reconnu et ont une déclaration de naissance ou un pedigree. Il peut s'agir de chiens de races Staffordshire terrier, American Staffordshire terrier, Rottweiller et Tosa. La dernière agression en date connue remonte à dimanche soir, à Cousancelles (Meuse), où un enfant de deux ans a été mordu à la joue et légèrement blessé par un Rottweiller. Selon les premiers éléments de l'enquête de gendarmerie, le chien s'est précipité sur l'enfant qui venait d'entrer dans la maison avec ses parents, venus rendre visite à des amis. Samedi soir, une femme de 88 ans a été mordue au visage et à un bras par un chien de race American Staffordshire, à Saint-Vincent-de-Tyrosse (Landes). La veille, une fillette de 17 mois est morte après avoir été mordue par le chien de son oncle, un American Staffordshire Terrier de 50kg, dans une cité de Sevran (Seine-Saint-Denis). Le 3 juin, un garçon de huit ans a perdu l'usage d'un oeil après avoir été mordu au visage par un rottweiler dans la cour d'un immeuble au Bourget (Seine-Saint-Denis). Le 31 mai, un autre garçon de huit ans est mort à l'hôpital du Havre après avoir été mordu au cou par un mastiff dans un jardin à Cauville-sur-Mer (Seine-Maritime).c=http://www.updatead.co
Édition du 13  juin 2006 image
Journal Officiel

Journal Officiel du 13  juin 2006

  • Habilitation des centres d'information sur les droits des femmes


    Lire le JO  

  • Identification par tatouage et par radiofréquence des chiens et chats


    Lire le JO  

Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France

Découvrez en exclusivité quelques articles du numéro d'avril

Loi Elan : décryptage du volet littoral

 


Pour vous abonner www.amf.asso.fr