Édition du 28  septembre 2004


Imprimer Imprimer

Risques alimentaires : risques dans une exposition aux métaux lourds sur les consommateurs de poissons et de produits de la mer

L'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) et l'Institut national de recherche agronomique (Inra) ont lancé une étude nationale afin d'évaluer les risques sanitaires pour l’alimentation humaine liés à une exposition aux métaux lourds sur les grands consommateurs de poissons et de produits de la mer. Cette étude en trois phases, dont la première porte sur les bénéfices nutritionnels des produits de la mer, s'inscrit dans le cadre d'"une politique de surveillance et de prévention de santé publique", expliquent Afssa et l’Inra dans un communiqué conjoint. La première phase, dont les travaux s'étaleront jusqu'en décembre 2004, concerne quatre sites côtiers : Lorient (Bretagne), Toulon (Provence-Alpes-Côte d'Azur), La Rochelle (Poitou-Charentes), Le Havre (Normandie) et les communes avoisinantes dans un rayon de 20 km. Ces sites ont été retenus car la population côtière correspond "aux plus forts consommateurs de poissons et produits de la mer", explique le communiqué. La seconde et la troisième phases se dérouleront de janvier à juin 2005 et les résultats définitifs sont attendus pour le second semestre 2005. L'étude portera aussi sur l'impact nutritionnel et sanitaire des pratiques de pêche récréative, notamment la pêche à pied. La seconde phase permettra "d'évaluer par analyses biologiques" les expositions aux métaux lourds (plomb, cadmium et mercure). La troisième "apportera des données quantitatives sur la composition en différents nutriments et sur la concentration en différents contaminants environnementaux, dont les métaux lourds, dans les poissons et produits de la mer", précise le communiqué. L'étude sera réalisée auprès de 1 000 personnes tirées au sort. Depuis plusieurs années, les associations de défense de l'environnement et de consommateurs tirent la sonnette d'alarme sur les métaux lourds rejetés dans l'environnement, notamment dans le sol et les milieux aquatiques. Elles dénoncent les risques sanitaires pour la population, car les métaux lourds comme le mercure, le plomb et le cadmium, qui sont très toxiques, ne se dégradent pas dans l'environnement et se retrouvent dans les produits alimentaires. Certaines espèces de poissons, notamment la daurade, l'espadon, le requin ou le thon ainsi que les crustacés, en accumulent de plus grandes quantités que d'autres.pt>
Édition du 28  septembre 2004 image
Journal Officiel

Journal Officiel du 28  septembre 2004

  • Réforme du régime d'assurance vieillesse applicable à Saint-Pierre-et-Miquelon


     

  • Recrutement des ingénieurs territoriaux


     

  • Ministère de la culture

    Normes d'identification, d'inventaire, de classement et de conditionnement de la documentation scientifique et du mobilier issu des diagnostics et fouilles archéologiques


     

  •  
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France