Édition du 4 octobre 2017


Imprimer Imprimer

La cantine, un miroir des inégalités sociales à l'école

Les collégiens et lycéens français ne sont pas tous égaux devant... la cantine. Ceux issus de familles défavorisées sont deux fois plus nombreux que les autres à ne pas y manger, sans doute pour des raisons financières, souligne Conseil national d'évaluation du système scolaire (Cnesco) dans un rapport rendu public hier.
Contrairement à certains pays comme la Norvège ou le Danemark, la quasi-totalité (93 %) des collèges et lycées en France proposent un service de restauration scolaire. Et aujourd'hui, seuls 30 % des collégiens ne sont pas inscrits à la cantine, contre 45 % il y a vingt ans, indique cette enquête du Cnesco. « Il y a eu une amélioration incontestable de la cantine au cours des quarante dernières années, relève Nathalie Mons, présidente du Cnesco. Le problème, c'est que tout le monde n'y a pas accès ». Or ce service semble « crucial pour les enfants, notamment les plus défavorisés », à plus d'un titre : des déjeuners nourrissants et équilibrés qui ont un impact sur la capacité de concentration des élèves, le recul de l'obésité ou des absences liées aux maladies. La cantine constitue aussi « un lieu de socialisation ».
En moyenne au collège, les élèves issus de familles défavorisées sont deux fois plus nombreux (40 % d'entre eux) à ne pas manger à la cantine que ceux issus de familles favorisées (22 %) et très favorisées (17 %). Selon les auteurs du rapport, des raisons économiques expliquent partiellement cette situation. En effet, en France, seuls 40 % des chefs d'établissement déclarent que des tarifs spécifiques - décidés par les collectivités locales - sont appliqués aux plus démunis. Et si en Finlande ou en Suède, la restauration scolaire est un service gratuit pour tous, seuls 22 % des établissements en France proposent une grille pouvant aller jusqu'à la gratuité.
Selon l'enquête du Cnesco, le prix moyen d'un repas facturé aux familles est de 3,30 euros, un tarif certes « nettement inférieur aux coûts réels », mais non négligeable pour des familles défavorisées.
Ces familles peuvent recevoir une aide grâce à des bourses des collectivités territoriales, mais les procédures sont « lourdes et donc potentiellement dissuasives », souligne le Cnesco. Par ailleurs, seul un quart des établissements du second degré proposent une inscription « au ticket », qui permet à l'élève de choisir le jour même s'il mange ou non à la cantine.
D'après l'enquête du Cnesco, les menus ne sont en outre pas toujours adaptés aux habitudes alimentaires des élèves : 63 % des collèges et lycées proposent un choix entre au moins deux plats principaux. Mais lorsqu'un élève ne consomme ni viande ni poisson, une alternative végétarienne n'est proposée que dans 17 % des établissements interrogés.
L'enquête a été réalisée via un questionnaire en ligne adressée aux chefs d'établissement du second degré, du 26 juin au 16 juillet. 869 réponses ont été jugées exploitables.

Consulter l’enquête.
Édition du 4 octobre 2017 image
Journal Officiel

Journal Officiel du 4 octobre 2017

  • Ministère de la transition écologique et solidaire

    Arrêté du 19 septembre 2017 portant modification de l'arrêté du 3 avril 2014 relatif à la procédure d'agrément et portant cahier des charges des organismes ayant pour objet de contribuer au traitement des déchets issus des produits textiles d'habillement, du linge de maison et des chaussures, conformément à l'article R. 543-214 du code de l'environnement et portant agrément d'un organisme, en application des articles L. 541-10-3 et R. 543-214 à 224 du code de l'environnement


    Lire le JO  

  • Ministère de la transition écologique et solidaire

    Arrêté du 21 septembre 2017 portant homologation de la décision n° 2017-DC-0596 de l'Autorité de sûreté nucléaire du 11 juillet 2017 fixant les limites de rejet dans l'environnement des effluents des installations nucléaires de base civiles du centre de Cadarache exploitées par le Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) sur la commune de Saint-Paul-lez-Durance (Bouches-du-Rhône)


    Lire le JO  

  • Ministère de la cohésion des territoires

    Décret n° 2017-1421 du 2 octobre 2017 relatif à la taxe sur la construction, la reconstruction ou l'agrandissement de locaux à usage de bureaux, de locaux commerciaux et de locaux de stockage en région d'Ile-de-France


    Lire le JO  

  • Ministère de la cohésion des territoires

    Décret n° 2017-1422 du 2 octobre 2017 relatif à la mise à jour du code de l'urbanisme concernant les obligations des bénéficiaires de la part départementale de la taxe d'aménagement


    Lire le JO  

  • Ministère de l'action et des comptes publics

    Décret n° 2017-1424 du 2 octobre 2017 autorisant la cession à l'euro symbolique des ensembles immobiliers domaniaux dénommés « Cité des Brémonts » et « Casernement BA 277 Entrepôt ARM AIR 606 », sis à Varennes-sur-Allier (03), reconnus inutiles par le ministère de la défense


    Lire le JO  

  • Ministère de l'intérieur

    Arrêté du 29 septembre 2017 portant nomination au sein du Conseil national d'évaluation des normes


    Lire le JO  

Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France

Découvrez en exclusivité quelques articles du numéro de janvier :

2014-2017 : le moral mitigé des maires à mi-mandat
Logement : la concertation se poursuit jusqu'à fin janvier
TERRITOIRES. Développement économique : une architecture sur-mesure
VIE LOCALE. Aire-sur-Adour : quand les réfugiés racontent leur parcours

 


Pour vous abonner www.amf.asso.fr