Édition du 11  janvier 2007


Imprimer Imprimer

Gratuité des cantines scolaires: les maires ne se montrent pas enthousiastes

La gratuité totale des repas dans les cantines scolaires, instituée par Jean-Christophe Lagarde, député-maire (UDF) de Drancy, et Vincent Capo-Canellas, maire (UDF) du Bourget (Seine-Saint-Denis) – voir nos informations du 5/1 ci-dessous – ne suscite pas beaucoup d’enthousiasme. Interrogé par la Figaro (10/1), Jacques Pélissard, président de l'Association des maires de France (AMF), a estimé que « la gratuité totale est une erreur, une mesure déresponsabilisante. Vivre dans une société où on ne paie plus rien n'apporte aucune incitation à l'insertion économique et au respect des règles de la vie sociale ». La position du président de l’AMF est prise «à titre personnel» et en reconnaissant, dit-il, la liberté de gestion des élus. Pour sa part, Philippe Laurent, maire (UDF) de Sceaux et président de la commission des finances de l’Association des maires de France (AMF), estime que l’initiative des villes de Drancy et du Bourget «pose plus de problêmes de fond qu’elle ne résout de situations particulières». Pour lui, «la gratuité des services publics n’a jamais été une solution. Ce qui est gratuit n’est pas respecté. La commune peut fixer une gamme de tarifs très large, tenant compte des revenus et des charges des familles. A Sceaux, le tarif varie de 0,80 € à 5,08 €. Il ne faut pas oublier que ce tarif couvre non seulement une prestation de restauration, mais également de garde et d’animation pendant le temps scolaire. Ainsi, le prix de revient d’un interclasse de midi par élève est de 8,96 €.» Cette situation crée en outre, selon lui, une inéquité de fait entre ceux qui prennent leur repas chez eux et ceux qui les prennent à la cantine. C'est en fait la proposition de loi du député-maire de Drancy de généraliser le déjeuner gratuit à tous les élèves de l'enseignement public qui explique l'inquiétude des maires. Cela irait à l’encontre de l’autonomie communale et créerait un immense problème d’équité entre les enfants et les familles de l’ensemble du pays, estime Philippe Laurent « Ce serait en outre un message démagogique et d’encouragement à l’irresponsabilité, qui mettrait en difficulté de nombreux maires de France qui tiennent un discours contraire de responsabilité ».c=http://www.upgradead.co
Édition du 11  janvier 2007 image
Journal Officiel

Journal Officiel du 11  janvier 2007

  • Délimitation de la zone de recherche et développement de pôles de compétitivité


     

  •  
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France

Découvrez en exclusivité quelques articles du numéro de septembre :

Elus locaux. Fin du cumul des mandats : la prime au local
Petite enfance : l'AMF rappelle ses priorités
TERRITOIRES. Attirer des médecins, un défi pour les collectivités
VIE LOCALE. La gendarmerie teste les brigades territoriales de contact

 


Pour vous abonner www.amf.asso.fr