Édition du 10  septembre 2010


Imprimer Imprimer

«Cantines, le règne de la mal-bouffe?»

Les enfants scolarisés mangent-ils mal à la cantine? A écouter les intéressés, oui, 30% des écoliers du primaire estiment que les repas à la cantine ne sont pas bons. La nourriture scolaire est-elle si mauvaise? La loi de modernisation de l’agriculture (n° 2010-874 du 27 juillet 2010) définit une «politique de l’alimentation» qui vise à «assurer à la population l’accès à une alimentation sûre, diversifiée, en quantité suffisante, de bonne qualité nutritionnelle, produite dans des conditions durables». Elle prévoit le respect de règles nutritionnelles dans les cantines des collectivités. Ainsi, «les gestionnaires, publics et privés, des services de restauration scolaire et universitaire ainsi que des services de restauration des établissements d’accueil des enfants de moins de six ans, des établissements de santé, des établissements sociaux et médico-sociaux et des établissements pénitentiaires sont tenus de respecter des règles, déterminées par décret, relatives à la qualité nutritionnelle des repas qu’ils proposent. À cet effet, ils doivent notamment privilégier, lors du choix des produits entrant dans la composition des repas qu’ils proposent, les produits de saison. Ces règles sont publiées sous la forme d’une charte affichée dans les services concernés» (article 1er). Philippe Durrèche consultant auprès des municipalités, et Jacques Pélissard, maire de Lons-le-Saunier et président de l’AMF, débattent de ces questions dans un livre "Cantines: le règne de la mal-bouffe?" qui vient de paraître (1). Dans un entretien à "L’Express", les deux auteurs expriment des points de vue opposés. Pour Philippe Durrèche, «il faut commencer par rappeler que 80% des villes délèguent leur restauration scolaire à des sociétés privées, dont le seul objectif est de gagner de l'argent avec des repas qui coûtent 2 euros l'unité.» Pour sa part Jacques Pélissard souhaite relativiser ces critiques et souligne que «la qualité des menus de cantines est très hétérogène sur le territoire. Chez nous, à Lons-le-Saunier, nous gérons en direct la restauration scolaire. C'est un investissement, bien sûr, mais un gage de qualité. La construction et l'équipement aux normes de notre cuisine centrale nous ont coûté 3 millions d'euros, que nous amortissons en servant près de 1 million de repas par jour dans les écoles, les maisons de retraite et l'hôpital.» Il ajoute, citant toujours l’exemple de Lons-le-saunier, que l’amélioration des repas est un travail de longue haleine. «Le bio permet de cuisiner des produits frais de qualité et relance l'agriculture locale, mais il exige la mise en place de filières particulières. Dans ma ville, nous avons d'abord incité les agriculteurs à pratiquer une agriculture "raisonnée". Ils ont cultivé du blé bio, qui nous a permis de servir du pain bio. On est ensuite passé au lait et à la viande», précise Jacques Pélissard. (1) "Cantines, le règne de la mal-bouffe?", par Philippe Durrèche et Jacques Pélissard aux Editions Mordicus. Pour accéder à l’entretien des auteurs dans "L’Express", utiliser le lien ci-dessous.

Liens complémentaires :
www.lexpress.fr
Édition du 10  septembre 2010 image
Journal Officiel

Journal Officiel du 10  septembre 2010

  • Décret n° 2010-1067 du 8 septembre 2010 modifiant le décret n° 92-850 du 28 août 1992 portant statut particulier du cadre d'emplois des agents territoriaux spécialisés de 1re classe des écoles maternelles


     

  • Décret n° 2010-1068 du 8 septembre 2010 fixant les modalités d'organisation des concours pour le recrutement des agents territoriaux spécialisés de 1re classe des écoles maternelles


     

  • Arrêté du 5 août 2010 fixant le montant des redevances dues en contrepartie de la réutilisation à des fins privées de la base des données comptables des collectivités et établissements publics locaux et du fichier de recensement des éléments d'imposition à la fiscalité directe locale « REI » élaborés par la direction générale des finances publiques


     

  • Arrêté du 24 août 2010 modifiant l'arrêté du 28 janvier 1999 modifié relatif aux conditions de ramassage des huiles usagées


     

  • Arrêté du 30 juillet 2010 interdisant sur le territoire métropolitain l'introduction dans le milieu naturel de certaines espèces d'animaux vertébrés


     

  •  
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France

Découvrez en exclusivité quelques articles du numéro de septembre :

Elus locaux. Fin du cumul des mandats : la prime au local
Petite enfance : l'AMF rappelle ses priorités
TERRITOIRES. Attirer des médecins, un défi pour les collectivités
VIE LOCALE. La gendarmerie teste les brigades territoriales de contact

 


Pour vous abonner www.amf.asso.fr