Édition du 28  septembre 2017


Imprimer Imprimer

UFC Que choisir s’inquiète de l’aggravation de la fracture numérique

Une fracture numérique béante qui s’aggrave. Tel est le constat que révèle l’association UFC dans l’étude « Fracture numérique inédite aujourd'hui, factures en hausse demain » publiée en début de semaine.
« 11,1 % des consommateurs (soit 7,5 millions) sont inéligibles à un Internet de qualité (débit théorique supérieur à 3 Mbit/s). Cette exclusion numérique frappe majoritairement les plus petites communes de France. Ainsi, dans les communes de moins de 1000 habitants, moins des deux tiers de la population a,  en moyenne, accès à Internet dans de bonnes conditions alors que c’est le cas pour au moins 86,8 % des consommateurs dans les autres zones », dénonce l’étude d’UFC. Les inégalités sont en outre extrêmement fortes d’un département à un autre : moins de 1 % de la population de la Dordogne et de la Creuse, par exemple, ont accès au THD quand 90 % de la population en disposent à Paris. De piètres chiffres qui placent la France à la traine en Europe : 32 points derrière l’Espagne, 37 points par rapport à l’Allemagne et 46 points par rapport au Royaume-Uni (chiffres UE 2015).
Face à cette fracture numérique, UFC estime que les options prises par les gouvernements successifs dans le cadre du Plan France très haut débit ne vont pas dans le bon sens. Desservir 100 % de la population en très haut débit en 2022, dont 80 % en fibre (FttH), serait ainsi « illusoire » et avancer cet objectif à 2020 serait « purement chimérique ». Il sera atteint « au mieux en 2035 », selon l’association. Par ailleurs, l’idée d’introduire des modifications réglementaires pour obliger à migrer vers la fibre est vivement critiquée par l’association. « Des mesures qui aboutiraient mécaniquement à la hausse des prix des abonnements ADSL dans les zones où des offres FttH sont disponibles » estime-t-elle, les offres internet ADSL constituant selon elle « un pivot tarifaire » dont la hausse se répercuterait mécaniquement sur l’ensemble des technologies.
UFC demande donc au gouvernement d’orienter ses financements là où l’internet fixe est de mauvaise qualité et sollicite une étude de l’Arcep sur les conséquences possibles d’une taxation du cuivre. Si l’augmentation récente, en plein mois d’août, des offres des grands opérateurs montrent que la baisse tendancielle des tarifs des télécommunications n’est pas un acquis, l’analyse de l’association mérite d’être nuancée.
Dans son étude, UFC s’en prend en effet directement aux demandes de l’Avicca de créer une incitation financière au passage à la fibre en taxant le cuivre. Contactée par Maire info, l’association rappelle que « la préoccupation des élus a toujours été de proposer le meilleur débit possible à tous. Et si on connaissait la technologie performante, économique et rapide à déployer, cela ferait longtemps que cela aurait été fait ». Par ailleurs elle souligne que « la notion de bon débit ne veut rien dire: il y a 20 ans c’était 512 Kbit/s, voici 10 ans c’était 8 Mbit/s, aujourd’hui c’est 30 Mbit/s, demain ce sera 100 Mbit/s ». Et la fibre est la seule technologie - plébiscitée par tous les acteurs des télécommunications privés comme publics partout dans le monde - à offrir des débits évolutifs, à même d’absorber l’explosion des usages. Interrogée sur le risque inflationniste du FttH, l’Avicca relativise : « les réseaux d’initiative publique reposent sur la mutualisation des infrastructures, sont ouverts à tous les opérateurs et permettent une réelle concurrence sur les offres. Ensuite, si les offres FttH sont plus chères que l’ADSL, c’est aussi que les débits et services sont plus nombreux, plus performants, ce qui est cohérent ».
O.D.

Télécharger l’étude.



Édition du 28  septembre 2017 image
Journal Officiel

Journal Officiel du 28  septembre 2017

  • Ministère de l'intérieur

    Décret du 27 septembre 2017 portant dissolution du conseil municipal de la commune du Tuzan (Gironde)


    Lire le JO  

  • Ministère de l'intérieur

    Arrêté du 26 septembre 2017 modifiant l'arrêté du 10 avril 2015 modifiant la liste des membres titulaires et suppléants représentant les organisations syndicales de fonctionnaires territoriaux au Conseil supérieur de la fonction publique territoriale


    Lire le JO  

  • Ministère de l'action et des comptes publics

    Arrêté du 21 septembre 2017 portant nomination au conseil d'administration de l'Etablissement public d'aménagement Ecovallée-Plaine du Var


    Lire le JO  

  • Ministère de l'action et des comptes publics

    Arrêté du 22 septembre 2017 portant nomination au conseil d'administration de l'Etablissement public d'aménagement Euroméditerranée


    Lire le JO  

  • Haut conseil des finances publiques

    Avis n° HCFP-2017-3 du 24 septembre 2017 relatif au projet de loi de programmation des finances publiques pour les années 2018 à 2022


    Lire le JO  

  •  
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France

Découvrez en exclusivité quelques articles du numéro d'octobre :

100 e Congrès des maires : les principaux rendez-vous
Emploi : le débat sur l'avenir des contrats aidés s'engage entre l'Etat et les élus
TERRITOIRES. Les villes exhument leurs rivières enfouies en centre-ville
JURIDIQUE. Les lois pour renforcer la confiance dans la vie politique

 


Pour vous abonner www.amf.asso.fr