Édition du 23  mars 2018


Imprimer Imprimer

Le Sénat souhaite instaurer une « dotation données personnelles » pour aider les collectivités à se mettre en conformité avec le RGPD

Le Sénat a adopté dans la nuit de mercredi à jeudi le projet de loi sur la protection des données personnelles. Examiné en procédure d’urgence (une seule lecture par chambre), ce texte retranscrit en droit français le règlement européen sur la protection des données personnelles (RGPD) qui entrera en application le 25 mai prochain. Or, comme l’a rappelé la rapporteure du texte, Sophie Joissains, citant un chiffre donné par l’Assemblée des départements de France, « à peine 10 % des collectivités territoriales seront prêtes à cette échéance, 85 % n’étant pas même informées du règlement ! »
Le RGPD a d’importantes conséquences pour toutes les organisations traitant des données privées. Si les collectivités, comme les entreprises, voient les formalités déclaratives réduites drastiquement - à l’exception des dispositifs biométriques - elles ont désormais le devoir de prouver qu’elles ont pris des mesures de protection effectives. Parmi celles-ci, l’obligation de nommer un délégué à la protection des données personnelles (DPD). Celui-ci pourra cependant être mutualisé à une échelle supra communale, un décret allant dans ce sens étant en préparation, a annoncé Nicole Belloubet, ministre de la Justice.
Les collectivités seront contraintes de déclarer à la CNIL les pertes et/ou les violations des données personnelles qu'elles détiennent. Et elles pourront être éventuellement lourdement sanctionnées, le texte européen ayant relevé à 20 millions d’euros le plafond des amendes pour les manquements les plus graves. Estimant que les collectivités « pourraient se trouver exposées à des risques juridiques et financiers très importants », la commission des lois du Sénat avait introduit une série d’amendements pour tenir compte des spécificités des communes et les aider à se mettre aux normes.
Les collectivités et administrations ne respectant pas la législation se verront adresser des « avertissements », puis des « injonctions » mais seront exemptées des amendes. Les sénateurs ont par ailleurs chargé la CNIL d’accompagner les collectivités territoriales, comme les PME et les TPE, par la production de « méthodologies de référence », de « recommandations ou de référentiels ». De même la Commission se voit confier un rôle de certification « des personnes, des produits, des systèmes de données ou des procédures » à même d’assurer la conformité au RGPD. La CNIL élaborera enfin « une charte » énonçant les principes déontologiques et les bonnes pratiques propres à l’exercice des fonctions de DPD.
Le texte institue surtout, contre l’avis du gouvernement, une « dotation communale et intercommunale pour la protection des données personnelles » calculée au prorata du nombre d’habitants, financée par le produit des amendes infligées par la CNIL aux entreprises violant la réglementation.
Le Sénat a aussi décidé de fixer à 16 ans, et non 15 ans comme l’avaient proposé les députés, « la majorité numérique » à partir de laquelle un mineur n'aura plus besoin d'obtenir l'autorisation de ses parents pour s'inscrire sur un service qui collecte ses données personnelles, tel que les réseaux sociaux. Un autre amendement adopté crée un dispositif de labellisation pour les objets connectés, afin de s’assurer qu’ils répondent à des « exigences élevées en matière de sécurité et de confidentialité des données » qu’ils traitent.
Le projet de loi doit désormais passer en commission mixte paritaire qui tentera d’élaborer une version commune avec les députés. Ces derniers avaient adopté le texte le 13 février dernier (lire Maire info du 16 février).
O.D.
Télécharger le texte adopté.
Édition du 23  mars 2018 image
Journal Officiel

Journal Officiel du 23  mars 2018

  • Ministère des solidarités et de la santé

    Arrêté du 13 mars 2018 modifiant l'arrêté du 20 août 2014 relatif aux recommandations sanitaires en vue de prévenir les effets de la pollution de l'air sur la santé, pris en application de l'article R. 221-4 du code de l'environnement


    Lire le JO  

  • Ministère des solidarités et de la santé

    Arrêté du 13 mars 2018 portant déclaration d'inutilité, désaffectation et déclassement de parcelles relevant du domaine public de l'Etat situées sur le territoire de la commune de Dinard (Ille-et-Vilaine)


    Lire le JO  

  • Ministère des solidarités et de la santé

    Arrêté du 16 mars 2018 modifiant la liste des spécialités pharmaceutiques agréées à l'usage des collectivités et divers services publics


    Lire le JO  

  • Assemblée nationale

    Ordre du jour


    Lire le JO  

  • Sénat

    Ordre du jour


    Lire le JO  

  •  
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France

Découvrez en exclusivité quelques articles du numéro d'octobre


 


Pour vous abonner www.amf.asso.fr