Édition du 7 septembre 2016


Imprimer Imprimer

Accueil des réfugiés : la nécessaire concertation avec les élus locaux

Après les manifestations qui ont eu lieu à Calais, lundi, les questions liées à l’accueil des réfugiés sont restées, hier, au cœur de l’actualité, avec d’une part l’annonce de la création de centres de répit à Paris, et l’incendie apparemment criminel d’un futur centre d’hébergement dans l’Essonne.
Lorsque l’on parle de la « Jungle » de Calais, il est devenu courant de la désigner comme « le plus grand bidonville de France ». Quarante ans après le démantèlement des indignes bidonvilles de Nanterre, Champigny ou Nice, on ne peut que constater que réapparaissent en France – 6e pays le plus riche du monde – ces camps insalubres où s’entassent des milliers de personnes. Avec, en toile de fond, un véritable casse-tête politique et social, entre exaspération des riverains, désarroi des élus locaux, manque de moyen des associations et politique parfois peu lisible de l’État.
Si, d’un côté, la revendication des élus locaux et des acteurs économiques de la région de Calais est claire – démantèlement de la Jungle et évacuation de ses occupants – la question essentielle qui en découle n’est toujours pas résolue : que faire de ces quelque 9000 personnes qui peuplent aujourd’hui le bidonville ? Une partie des migrants évacués de Calais se retrouvent aujourd’hui à reformer des camps de fortune sur les trottoirs de la capitale où, mois après mois, la préfecture procède à des évacuations de camps… qui réapparaissent aussitôt quelques centaines de mètres plus loin. Selon les associations humanitaires, les évacuations à Paris ont concerné 14 000 personnes depuis le début de l’actuelle crise des migrants.
C’est pour résoudre ce problème que le gouvernement a souhaité que se multiplient les structures d’accueil, avec un triple objectif : 3000 places supplémentaires en CAO (centre d’accueil et d’orientation), également appelés centres de répit, 8 600 places en Cada (centres d’accueil pour demandeurs d’asile) et création de nouveaux CHU (centres d’hébergement d’urgence).
Chacune de ces structures correspond à des finalités différentes. Les CAO sont des structures hyper-temporaires, puisqu’elles ne sont censées accueillir les réfugiés qu’entre quelques jours et quelques mois, le temps de les orienter vers d’autres structures plus pérennes. Il existe aujourd’hui 168 CAO répartis dans 78 départements, dont les quatre cinquièmes ont ouvert depuis moins d’un an. Ce sont des tels centres provisoires qui vont ouvrir à Paris, comme l’a annoncé hier la maire de Paris, Anne Hidalgo : l’un, réservé aux hommes, à Paris même, et le second, destiné aux familles, en proche banlieue, à Ivry-sur-Seine. L’ouverture de ces centres répond, pour Anne Hidalgo, à un objectif clair : empêcher la formation de camps de fortune sur les trottoirs.
Mais cela sera-t-il suffisant ? Une fois le délai passé, il faut encore que les réfugiés aient un endroit où aller. C’est ici qu’interviennent, pour eux qui déposent une demande d’asile, les places en Cada, en AT-SA (accueil temporaire – service de l’asile) ou en CHU – centres d’hébergement d’urgence, gérés par les associations. C’est l’un de ces CHU, prévu pour accueillir une centaine de personnes, qui a été très dégradé par un incendie, hier, à Forges-les-Bains dans l’Essonne. Selon la gendarmerie, il apparaît « probable » que l’incendie soit volontaire, ce que le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a qualifié dans un communiqué « d’acte abject ».
Reste la question, absolument essentielle, de la coopération entre les élus et les services de l’État sur ces questions. Et elle semble loin d’être toujours idéale. On apprend par exemple ce matin, par un communiqué de la mairie de Forges-les-Bains, que la commune n’avait même pas été consultée à propos de l’ouverture sur son territoire d’un CHU – ce qui ne met évidemment pas la mairie en position favorable pour faciliter l’acceptation d’une telle décision par les habitants. De même, l’AMF fait état de la situation de nombreux maires mis devant le fait accompli et prévenus, parfois seulement 48 h ou 24 h à l’avance, de l’arrivée de migrants – souvent évacués de Calais ou de Grande-Synthe – dans des locaux situés sur leur commune. « Certes, explique ce matin à Maire info Nelly Deniot, responsable du département Action sociale de l’AMF, dès lors que ces structures ne sont pas financées par la commune, un accord du maire n’est pas formellement nécessaire. Mais la concertation est essentielle : même avec la meilleure volonté du monde, les maires prévenus au dernier moment sont pris au dépourvu, et le manque de concertation les empêche de faire de la pédagogie vis-à-vis de la population, de vérifier si le territoire est bien adapté à l’accueil. »
De la même façon, certains maires s’inquiètent du fait que le gouvernement semble s’orienter – c’est en tout cas ce que laissent penser les récents propos de la ministre du Logement, Emmanuelle Cosse – vers des réquisitions forcées de locaux, « au besoin ». On peut rappeler qu’il y a un an, le gouvernement s’était clairement engagé auprès de l’AMF à rester, en matière d’accueil, sur une stricte logique de volontariat. Est-on peu à peu en train de glisser de cette logique de volontariat vers une démarche plus coercitive ? Les mois qui viennent devraient le dire.
F.L.

Édition du 7 septembre 2016 image
Journal Officiel

Journal Officiel du 7 septembre 2016

  • Ministère des solidarités et de la santé

    Arrêté du 31 août 2016 relatif au compte financier des établissements publics de santé


    Lire le JO  

  • Ministère de l'intérieur

    Décret n° 2016-1201 du 5 septembre 2016 portant modification du décret n° 95-260 du 8 mars 1995 relatif à la commission consultative départementale de sécurité et d'accessibilité


    Lire le JO  

  • Ministère de l'intérieur

    Arrêté du 5 septembre 2016 relatif à la participation des services de la police et de la gendarmerie nationales aux commissions de sécurité contre les risques d'incendie et de panique


    Lire le JO  

  • Ministère de la justice

    Décret n° 2016-1200 du 5 septembre 2016 modifiant le décret n° 2011-980 du 23 août 2011 relatif à l'armement des personnels de l'administration pénitentiaire


    Lire le JO  

  • Ministère de la justice

    Arrêté du 26 août 2016 fixant le nombre de postes offerts aux concours externe et interne pour le recrutement de psychologues de la protection judiciaire de la jeunesse, au titre de l'année 2016


    Lire le JO  

  •  
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France

Découvrez en exclusivité quelques articles du numéro de juin


 


Pour vous abonner www.amf.asso.fr