Édition du 14  janvier 2016


Imprimer Imprimer

Grand Paris : les candidatures se précisent pour la présidence de la Métropole le 22 janvier

Au terme d’une primaire organisée le 12 janvier, qui l’opposait à Gilles Carrez, député-maire du Perreux-sur-Marne, Patrick Ollier a été élu par les 93 conseillers métropolitains LR avec 51 voix contre 37 voix pour le président de la commission des finances de l’Assemblée nationale (5 abstentions). En lot de consolation, ce dernier devrait hériter de la première vice-présidence de la MGP. Dans sa lettre de candidature adressée le 11 janvier aux conseillers métropolitains LR, le maire de Rueil-Malmaison s’engage notamment à « être le défenseur intransigeant du respect de la commune et des maires » et à être « le promoteur d’une métropole stratège, partenaire loyal de la région et des départements. » Tout en estimant au passage qu’il faudra « revenir sur la loi, en 2017 devant un nouveau Parlement, pour créer la Métropole correspondant à nos choix », sans plus de précisions.
Philippe Laurent, maire (UDI) de Sceaux et secrétaire général de l’Association des maires de France, qui s’est déclaré dès la mi-décembre, et André Santini, maire (UDI) d’Issy-les-Moulineaux qui s’est déclaré le 13 janvier, sont les deux autres candidats en lice pour l’élection à la présidence de la Métropole du Grand Paris (MGP), le 22 janvier. Il y a donc actuellement deux candidatures UDI. Philippe Laurent maintient sa candidature en tant que « maire libre, pour des maires libres, dans une métropole libre », a-t-il indiqué à Maire-Info. Il a demandé l’organisation d’un débat avec les autres candidats sans obtenir de réponses pour le moment. La question des candidatures pourrait être tranchée samedi 16 janvier lors d’une réunion des 25 conseillers métropolitains UDI.
Dans une lettre adressée le 13 janvier aux 209 conseillers métropolitains, le maire d’Issy-les-Moulineaux indique qu’il a « accepté d'être candidat à la présidence de la Métropole du Grand Paris, non pas au nom d'une famille politique, mais au nom d'un état d'esprit d'ouverture et de dialogue, de l'expérience acquise dans la gestion rigoureuse, consensuelle et participative, respectueuse de chaque sensibilité, de grands services publics régionaux. » Il se prévaut d’avoir présidé durant 5 ans la Société du Grand Paris et d’animer le Syndicat des Eaux d'Ile-de-France.
De son côté, Philippe Laurent, ancien président de Paris Métropole, a adressé début janvier à l’ensemble des conseillers métropolitains une lettre de candidature intitulée « La métropole du Grand Paris doit réussir ». Cette lettre comporte une dizaine d’engagements parmi lesquels celui de « consolider et accentuer les dynamiques de développement économique des territoires de la métropole du Grand Paris – et donc celle de la région capitale », la réduction « des inégalités entre les habitants du Grand Paris » et le développement de « l’image internationale touristique de la métropole du Grand Paris ».
Le scrutin se déroulera le 22 janvier au Conseil économique, social et environnemental (Cese), à l’occasion de la première séance d’installation du conseil métropolitain (209 élus représentant les 131 communes, désignés à la proportionnelle fin 2015). L’élection du président et des vice-présidents se déroulera à la majorité simple. Le groupe de travail sur la gouvernance de la MGP a d’ores et déjà décidé de répartir les sièges au sein du bureau de la MGP à la proportionnelle des groupes politiques. Soit, pour les 21 postes (1 président et 20 vice-présidents) par ordre décroissant, 9 ou 10 pour LR, 4 pour le PS, 3 ou 4 pour l’UDI-Modem, 3 pour le Front de gauche et 1 pour EELV. Un point de désaccord pourrait cependant émerger : Patrick Ollier s’est en effet engagé dans sa lettre de candidature à assurer des sièges de vice-présidents à des membres de l’opposition municipale parisienne figurant parmi les 62 conseillers représentant la capitale, suscitant l’opposition ferme d’Anne Hidalgo qui menace de ne pas siéger au sein de l’exécutif métropolitain si le projet est maintenu. L’installation du bureau se déroulera le 29 janvier.
Xavier Brivet

Édition du 14  janvier 2016 image
Journal Officiel

Journal Officiel du 14  janvier 2016

  • Ministère de la transition écologique et solidaire

    Arrêté du 23 décembre 2015 modifiant l'arrêté du 21 décembre 2007 fixant la liste des installations et équipements de surveillance et de prévention des risques miniers gérés par le BRGM


    Lire le JO  

  • Ministère de l'intérieur

    Arrêté du 22 décembre 2015 portant ouverture du concours d'assistant territorial socio-éducatif spécialités « assistant de service social », « éducation spécialisée » et « conseil en économie sociale et familiale » par le centre de gestion de la fonction publique territoriale de la Mayenne


    Lire le JO  

  • Ministère de la transition écologique et solidaire

    Arrêté du 11 janvier 2016 portant homologation de la décision n° 2015-DC-0536 de l'Autorité de sûreté nucléaire du 22 décembre 2015 fixant les valeurs limites de rejet dans l'environnement des effluents liquides et gazeux des installations nucléaires de base nos 33 (UP2-400), 38 (STE2 et AT1), 47 (ELAN II B), 80 (HAO), 116 (UP3-A), 117 (UP2-800) et 118 (station de traitement des effluents STE3) exploitées par AREVA NC sur le site de La Hague (département de la Manche)


    Lire le JO  

  •  
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France

Découvrez en exclusivité quelques articles du numéro de juin :

Pratique : La création d’une commune nouvelle sur des départements différents

 


Pour vous abonner www.amf.asso.fr