Édition du 17  juillet 2003


Imprimer Imprimer

Avalanche de Montroc (1999) : le maire de Chamonix Michel Charlet condamné à trois mois de prison avec sursis

Le tribunal correctionnel de Bonneville a condamné, ce jeudi, à trois mois de prison avec sursis le maire de Chamonix Michel Charlet, qui était poursuivi pour "homicides et blessures involontaires" après la mort de douze personnes dans l'avalanche de Montroc, en février 1999. "J'attends de voir les attendus pour réagir", a déclaré aux journalistes Michel Charlet. Il a ajouté qu'il ne savait pas encore s'il ferait appel du jugement. Lors du procès le 16 mai dernier, le procureur de la République, Vincent Le Pannerer, avait demandé la relaxe du maire de Chamonix estimant qu'il n'y avait pas eu, lors du drame, "une faute caractérisée ayant exposé autrui à un risque d'une particulière gravité". Il était reproché à Michel Charlet, seul prévenu de ce dossier, de "n'avoir pas fait usage de son pouvoir de police qui l'autorisait à faire évacuer le couloir d'avalanches", où se trouvait le hameau de Montroc. Vingt-trois chalets avaient été balayés par la coulée, le 9 février 1999.
Édition du 17  juillet 2003 image
Journal Officiel

Journal Officiel du 17  juillet 2003

  • Premier ministre

    Stratégies ministérielles de réforme


     

  •  
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France

Découvrez en exclusivité quelques articles du numéro de septembre :

Elus locaux. Fin du cumul des mandats : la prime au local
Petite enfance : l'AMF rappelle ses priorités
TERRITOIRES. Attirer des médecins, un défi pour les collectivités
VIE LOCALE. La gendarmerie teste les brigades territoriales de contact

 


Pour vous abonner www.amf.asso.fr