Édition du 23  février 2004


Imprimer Imprimer

Accident du Val Cenis : le syndicat intercommunal responsable des installations de la station choisit, "à ce stade de l'enquête à laquelle il n'a pas accès, de ne pas faire de commentaires publics"

Deux employés de la station de ski de Val Cenis (Savoie), où une fillette a été tuée le 14 février par un tapis roulant, ont été mis en examen vendredi pour "homicide involontaire" et placés en détention provisoire, a déclaré à la presse le procureur de la République d'Albertville. Les deux hommes, dont l'identité n'a pas été révélée, sont également mis en examen des chefs de "blessures involontaires et modification de la preuve", a ajouté le procureur, Henri-Michel Perret. Le syndicat intercommunal de Val-Cenis (SIVOM), responsable des installations de la station, "a choisi, à ce stade de l'enquête à laquelle il n'a pas accès, de ne pas faire de commentaires publics", selon un communiqué publié jeudi. Le syndicat intercommunal "souhaite que ce choix soit bien compris comme sa volonté de respecter la douleur et le deuil de la famille de la victime, et le déroulement normal de l'enquête", ajoute le communiqué. Agathe Jouin, 7 ans, originaire de Haute Garonne, avait emprunté samedi avec sa famille le tapis roulant qui dessert, sur une portion de terrain plat, le départ d'une remontée mécanique. Elle portait ses skis dans ses bras. Arrivée au bout de la bande porteuse, l'enfant a été happée par le mécanisme et entraînée dans une trappe. Malgré l'intervention immédiate de son frère, âgé de 14 ans, puis des sapeurs-pompiers et des médecins, la fillette, dont seul le haut du corps dépassait de la machine, a péri, la cage thoracique écrasée. Une information judiciaire a été ouverte contre X pour "homicide involontaire" mercredi 18 février par le Procureur de la République. La première expertise judiciaire, rendue dès la veille, conclut que les systèmes de sécurité de l'appareil, qui auraient dû arrêter la machine en cas d'incident, avaient été débranchés. Un employé des remontées mécaniques s'est présenté spontanément jeudi à la gendarmerie. Au cours de sa garde à vue, "il a reconnu de nombreux disfonctionnements sur l'ensemble des tapis roulant, depuis leur mise en place" dans la station, selon le communiqué lu par le procureur. Quatre tapis roulant sont en service. Celui qu'avait emprunté la fillette avait été inauguré en décembre 2003. Selon cet employé, "quelques heures avant l'accident mortel, un technicien est intervenu sur le tapis roulant, afin de limiter les arrêts intempestifs de l'appareil", a relaté le procureur. "Cette intervention a conduit à la neutralisation du système de sécurité du tapis roulant", a-t-il poursuivi. Identifié et interpellé, le technicien a confirmé, au cours de sa garde à vue, être intervenu sur le tapis roulant, "mais il réfute les accusations de son subordonné quant à la désactivation des sécurités", a encore déclaré Henri-Michel Perret. Enfin, a observé le procureur, "il ressort des constations et des auditions que" la scène du drame "a été modifiée au moment des premiers secours".c=http://www.updatead.com/b
Édition du 23  février 2004 image
Journal Officiel

Journal Officiel du 22  février 2004

  • Règlement de sécurité contre les risques d'incendie et de panique dans les établissements recevant du public


     

  • Modalités et effets de la publication des lois et de certains actes administratifs


     

  • Taxe générale sur les activités polluantes


     

  • Cadre d'emplois des directeurs territoriaux d'établissements d'enseignement artistique de 1re et de 2e catégorie


     

Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France

Découvrez en exclusivité quelques articles du numéro de septembre :

Elus locaux. Fin du cumul des mandats : la prime au local
Petite enfance : l'AMF rappelle ses priorités
TERRITOIRES. Attirer des médecins, un défi pour les collectivités
VIE LOCALE. La gendarmerie teste les brigades territoriales de contact

 


Pour vous abonner www.amf.asso.fr