Édition du 28  mars 2017


Imprimer Imprimer

David Riché : « Il faut un plan Marshall pour la Guyane »


MDF
Le maire de Roura et président de l’Association des maires de Guyane, David Riché, a réagi hier après midi à l’annonce faite par le Premier ministre, Bernard Cazeneuve, d’envoyer en Guyane « une délégation de ministres avant la fin de la semaine » (lire Maire info d’hier). David Riché, pour qui il y a urgence à l’arrivée sur place de cette délégation ministérielle, revient sur les raisons de la crise que traverse aujourd’hui la Guyane.


L’annonce par Bernard Cazeneuve de la venue sur place d’une délégation de ministres est-elle suffisante pour vous satisfaire ?
Nous avons demandé déjà à deux reprises l’arrivée de ministres. Nous attendons juste qu’ils atterrissent. En attendant, la mobilisation persiste. Aujourd’hui en Guyane, ce n’est pas si houleux et il n’y a pas d’affrontements sur les barrages. Les ministres pourront les traverser sans problème. Mais si le gouvernement ne dépêche pas ses ministres rapidement cela va dégénérer. Et cela ne sera pas faute d’avoir alerté : nous sommes assis sur une bombe.

Souhaitez-vous la venue d’un ministre en particulier ?
Nous aurions souhaité la venue du Premier ministre. Les problèmes ne concernent pas que la sécurité mais aussi le logement, l’éducation, le développement économique, et, en premier lieu, la santé. Nous souhaitons surtout un ministre qui ne vienne pas que pour écouter mais pour signer quelque chose. Cela fait trop longtemps que la Guyane attend des solutions. Fin 2013, au moment où le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, signait un pacte d’avenir avec la Bretagne à la suite de la manifestation des bonnets rouges, le président de la République, qui était présent en Guyane, nous annonçait aussi la signature d’un pacte d’avenir. Nous l’attendons depuis quatre ans maintenant. En 2013, l’Etat nous promettait aussi une OIN (opération d'intérêt national). On l’attend toujours.

Quelles sont les mesures les plus urgentes à prendre ?
Il y a des mesures urgentes à prendre en matière de santé. Le taux de rapatriement sanitaire n’a jamais été aussi élevé. Il y a un rapatriement par jour, voire plus quelquefois. L’hôpital de Cayenne est totalement vétuste et il y a de gros problèmes d’hygiène. Il y a eu des morts de nourissons et plus personne ne veut s’y faire opérer. Depuis 2005, il ne peut pas y avoir, non plus, de don de sang entre Guyanais en raison de la présence d’une punaise porteuse de maladie. Ce problème a été résolu ailleurs mais pas en Guyane. La question se pose de savoir si nous sommes toujours en République ou pas. Ce sont des millions qu’il faudra apporter dans ce domaine de la santé.
Il faut aussi des mesures sur le foncier et le logement. On accumule retard sur retard alors que la démographie est exponentielle. Chaque année, il faut ainsi que j’ouvre une nouvelle classe dans ma commune. A Saint-Laurent-du-Maroni, ce sont de nouvelles écoles qu’il faut y ouvrir, la population augmentant de 3 500 d’habitants par an.
Il faut aussi savoir que 30 % de la population n’a toujours aujourd’hui accès ni à l’électricité ni à l’eau potable. François Mitterrand avait dit que « la fusée Ariane décollait sur fond de bidonville ». C’est toujours le cas. Il faut un plan Marshall pour la Guyane.

La toute récente loi pour l’égalité réelle des Outre-mer est-elle de nature à apporter certaines solutions aux problèmes de la Guyane ?
La loi comprend certaines avancées, notamment sur l’octroi de mer, mais elle ne permet pas de donner tout de suite un emploi ou un logement aux jeunes.
Propos recueillis par Christine Nemarq
Édition du 28  mars 2017 image
Journal Officiel

Journal Officiel du 28  mars 2017

  • Lois et décrets

    LOI n° 2017-399 du 27 mars 2017 relative au devoir de vigilance des sociétés mères et des entreprises donneuses d'ordre (1)


    Lire le JO  

  • Ministère de la transition écologique et solidaire

    Arrêté du 8 mars 2017 relatif à la répartition du produit de la majoration de la taxe d'aéroport


    Lire le JO  

  • Ministère de l'intérieur

    Arrêté du 10 mars 2017 portant ouverture d'un concours d'éducateur territorial des activités physiques et sportives principal de 2e classe organisé par le centre de gestion de la Manche (session 2018)


    Lire le JO  

  • Arrêté du 6 mars 2017 modifiant l'arrêté du 30 décembre 2005 portant organisation des directions et sous-directions de l'administration centrale du ministère chargé de la jeunesse, des sports et de la vie associative


    Lire le JO  

  • Ministère de la transition écologique et solidaire

    Arrêté du 17 mars 2017 précisant les modalités de détermination de la hauteur et du volume des barrages et ouvrages assimilés aux fins du classement de ces ouvrages en application de l'article R. 214-112 du code de l'environnement


    Lire le JO  

  •  
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France

Découvrez en exclusivité quelques articles du numéro de mai :

L'accueil des fêtes foraines et des cirques fait toujours débat
La prévention de la radicalisation passe par les contrats de ville
TERRITOIRES. Etat et collectivités s'unissent pour protéger le Canal du Midi
PRATIQUE. Organiser le télétravail dans la fonction publique

 


Pour vous abonner www.amf.asso.fr