Édition du 20  avril 2017


Imprimer Imprimer

Damien Carême : « Multiplions les centres d'accueil et d'orientation ! »


D.R.
Une rixe entre réfugiés afghans et irakiens serait à l'origine de l'immense incendie qui a ravagé le camp de Grande-Synthe (Nord), le 11 avril dernier. Dans un entretien accordé à Maire info, le maire, Damien Carême, à l’origine de la création de ce camp aux normes internationales qui, depuis mars 2016, accueillait 1400 réfugiés, livre son analyse de ce drame humanitaire. Aujourd'hui, 1 154 migrants ont été relogés dans des CAO, dont 273 dans les Hauts-de-France et 881 répartis dans les autres régions. 

Quelle a été votre première réaction quand vous avez appris la destruction du camp de la Linière ?
Ce soir-là, j'étais à Paris quand j'ai pris connaissance de l'incendie. Ma première réaction a été la stupéfaction, et ce sentiment m'habite encore aujourd'hui. Le choc vers 22h, le 11 avril, fut très brutal. J'ai tenu bien sûr à savoir très rapidement s'il y avait des victimes et essayé de comprendre ce qui avait pu se passer. Même si on sentait des tensions ces derniers mois dans la cohabitation entre réfugiés afghans et irakiens, rien ne laissait présager un tel dénouement. J'avoue que je suis encore très perplexe.

Vous aviez mené un combat sans relâche pour édifier ce camp humanitaire. Quel est votre état d’esprit aujourd’hui ?
En un instant, des journées et des journées de travail, de réunions, de négociations se sont écroulées. Je repense à toutes ces personnes, aux humanitaires qui se sont démenés pour concrétiser ce projet. J'ai pu personnellement faire des rencontres extraordinaires, bien loin du cliché misérabiliste dont on entoure parfois le réfugié. Comme ce médecin irakien qui travaillait dans un hôpital de Bagdad et qui est prêt, une fois ses équivalences passées, à exercer sur Grande-Synthe en tant que généraliste...

L'Etat s'est-il impliqué comme vous le souhaitiez ?
Autant pour la construction du camp, il a fallu se battre bec et ongles pour se faire reconnaître par l'Etat, autant ses services ont été très réactifs lors des événements du 11 avril. Le préfet du Nord, Michel Lalande, a fait preuve d'une dignité, d'un soutien et d'une efficacité remarquables. Nous avons travaillé côte à côte pendant trois jours pour trouver des solutions aux 1400 migrants qui fréquentaient le camp de la Linière au moment des faits. Dans un premier temps, plus d'un millier d'entre eux ont été hébergés dans cinq gymnases, dont trois à Grande-Synthe. Puis le préfet a su mobiliser ses collègues et les élus pour trouver des places en CAO (centre d'accueil et d'orientation). Une très grande partie des réfugiés du camp est aujourd'hui relogée. Il reste sur la région quelques récalcitrants qui veulent coûte que coûte, rejoindre l'Angleterre mais ils sont minoritaires.

Vous avez lancé un appel à la solidarité nationale. Espérez-vous être entendu ?
Ce que j'ai voulu faire passer comme message aux maires, c'est que l'avenir passe par l'ouverture de nouveaux CAO. Il faut absolument les multiplier à travers l'hexagone. Les retours d'expérience plaident en leur faveur : je n'ai jamais entendu de situations où un CAO avait suscité des troubles ou des actes délictueux à répétition. Cela se passe bien. A mon sens, ces structures constituent la seule solution. D'ailleurs, si des CAO avaient existé en 2015, jamais je n'aurais eu l'idée d'un camp humanitaire. J'aurais tout fait pour placer les premiers réfugiés dans une structure adaptée. L'arrivée de migrants est une réalité. Le flot ne se tarira pas et on n'arrivera pas à l'endiguer par de seules mesures sécuritaires. C'est une vue de l'esprit.
Propos recueillis par Thierry Guerraz








Édition du 20  avril 2017 image
Journal Officiel

Journal Officiel du 20  avril 2017

  • Ministère de l'économie

    Rapport au Président de la République relatif à l'ordonnance n° 2017-562 du 19 avril 2017 relative à la propriété des personnes publiques


    Lire le JO  

  • Ministère de l'économie

    Ordonnance n° 2017-562 du 19 avril 2017 relative à la propriété des personnes publiques


    Lire le JO  

  • Ministère de l'action et des comptes publics

    Décret n° 2017-566 du 18 avril 2017 relatif à la médiation dans les litiges relevant de la compétence du juge administratif


    Lire le JO  

  • Ministère de l'intérieur

    Décret n° 2017-567 du 19 avril 2017 relatif aux compétences du préfet de police sur les emprises des aérodromes de Paris-Charles de Gaulle, du Bourget et de Paris-Orly


    Lire le JO  

  • Arrêté du 13 avril 2017 relatif aux caractéristiques acoustiques des bâtiments existants lors de travaux de rénovation importants


    Lire le JO  

  •  
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France

Découvrez en exclusivité quelques articles du numéro de novembre :

Budget 2018 : de mauvaises surprises pour les élus
La baisse des dotations pèse toujours sur la gestion des ressources humaines
TERRITOIRES. Services au public : des schémas pour quoi faire ?
PRATIQUE. Sécuriser l'occupation temporaire du domaine public

 


Pour vous abonner www.amf.asso.fr