Édition du 12  mai 2014


Imprimer Imprimer

Une courte majorité de Français favorable à l'appartenance à l'Union européenne

Les élections européennes qui se dérouleront du 22 au 25 mai prochains (les 24 et 25 mai en France) sont un choix « décisif et majeur pour l’avenir de la France et de l’Europe », a déclaré hier le Premier ministre Manuel Valls au journal de 20 h de TF1. « C’est un scrutin décisif qui est majeur pour l’avenir de la France et de l’Europe », notamment parce que les Européens vont désigner pour la première fois le président de la Commission européenne a-t-il expliqué. Selon le traité de Lisbonne, signé en 2009, il est en effet prévu que le Cosneil européen doit tenir compte des résultats des élections européennes pour choisir le candidat à la présidence de la Commission.
« Je sais par ailleurs le scepticisme de beaucoup de nos compatriotes : l'Europe passoire, l'Europe loin des peuples, l'Europe qui n'est pas efficace notamment dans la lutte contre le chômage », a ajouté le Premier ministre.
Quant au scénario où le Front national ressortirait comme premier parti à la suite du scrutin des 24 et 25 mai, Manuel Valls a déclaré qu’il ne pouvait se « résoudre à ces pronostics. Ces populismes, cette extrême droite qui prospèrent en Europe sur fond de rejet de l'Europe, c'est faire sortir la France de l'Histoire ». « Si la France sortait de l'euro comme le propose par exemple (Marine) Le Pen, cela serait le retour de l'inflation, la perte de pouvoir d'achat, et pire, l'isolement de la France », a plaidé le Premier ministre, selon qui « le destin de la France est en Europe ».
Selon un dernier sondage publié la semaine dernière, seule une petite majorité de Français (51 %) se déclare favorable à l’appartenance européenne. Pour 42% des Français cette appartenance est « plutôt une bonne chose », pour 9% une « très bonne chose ». 28% considèrent au contraire que c'est « plutôt une mauvaise chose », et 10% une très mauvaise chose, 11% ne se prononçant pas. Selon cette étude réalisée par l’Institut CSA/BFMTV/Groupe Nice-Matin publiée jeudi dernier, le scepticisme quant aux bienfaits de l'appartenance de la France à l'Union européenne se manifeste en premier parmi les catégories les moins favorisées, à savoir les ouvriers (30% estiment que c'est une bonne chose). A l'inverse le soutien est bien plus fort chez les cadres (78%) et les retraités (62%).
Les plus europhiles sont les sympathisants du MoDem (81%), devant ceux d'EELV (79%), les socialistes (73%) et les partisans de l'UMP (63%). Les eurosceptiques sont majoritaires au Front de gauche (46% pour qui l'appartenance à l'UE est une mauvaise chose contre 37% pour qui elle est une bonne chose) et au FN (80% contre 12%).
Le sentiment que suscite de prime abord l'Union européenne est pour près d'un sondé sur deux l'inquiétude (48%). Seuls 18% des sondés se disent d'abord confiants, et 2% « enthousiastes » (13% indifférents et 10% hostiles).
La méfiance des Français s'explique en premier lieu par la crainte des conséquences économiques et sociales de la constructions européenne. 70% des sondés disent ainsi avoir peur qu'il y ait avec la construction européenne davantage de chômage en France, et 63% qu'il y ait moins de protection sociale. Viennent ensuite la peur qu'il y ait davantage d'immigrés (60%, +12 par rapport à 2007), puis celle « qu’on perde notre identité nationale et notre culture » (52%, +2).
Édition du 12  mai 2014 image
Journal Officiel

Journal Officiel du 11  mai 2014

  • Ministère de la cohésion des territoires

    Décret n° 2014-473 du 9 mai 2014 modifiant le décret n° 2011-2010 du 27 décembre 2011 relatif aux comités techniques et aux commissions administratives paritaires des collectivités territoriales et de leurs établissements publics


    Lire le JO  

  • Lois et décrets

    LOI n° 2014-459 du 9 mai 2014 permettant le don de jours de repos à un parent d'un enfant gravement malade (1)


    Lire le JO  

  • Ministère de l'intérieur

    Rapport au Président de la République relatif à l'ordonnance n° 2014-464 du 7 mai 2014 portant extension et adaptation à Mayotte du code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile (partie législative)


    Lire le JO  

  • Ministère de l'intérieur

    Ordonnance n° 2014-464 du 7 mai 2014 portant extension et adaptation à Mayotte du code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile (partie législative)


    Lire le JO  

Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France

Découvrez en exclusivité quelques articles du numéro de novembre :

Budget 2018 : de mauvaises surprises pour les élus
La baisse des dotations pèse toujours sur la gestion des ressources humaines
TERRITOIRES. Services au public : des schémas pour quoi faire ?
PRATIQUE. Sécuriser l'occupation temporaire du domaine public

 


Pour vous abonner www.amf.asso.fr