Édition du 3 juillet 2013


Imprimer Imprimer

Delphine Batho remplacée par Philippe Martin

C’est la deuxième ministre de l’Écologie à être limogée en un peu plus de douze mois : après Nicole Bricq en juin dernier, remerciée pour avoir voulu suspendre les forages d’un grand groupe pétrolier au large de la Guyane, c’est Delphine Batho qui a vu hier le président de la République mettre fin à ses fonctions, « sur proposition du Premier ministre », précise l’Élysée.
La crise s’est nouée et dénouée très rapidement : lundi, les arbitrages du gouvernement en matière de budget des ministères étaient rendus publics dans le rapport d’information de Christian Eckert (lire Maire info du 1er juillet). On apprenait alors que le ministère le plus touché par les restrictions budgétaires était celui de l'Écologie, du Développement durable et de l’Énergie – avec une diminution de ses crédits de 7%. La ministre apprenait également le même jour que le programme d’investissements d’avenir du gouvernement n’en prévoit aucun qui soit lié à l’écologie.
Dès le lendemain, Delphine Batho a jugé, sur RTL, le projet de budget 2014 « mauvais », et rappelé la volonté exprimée par le président de la République, en septembre dernier, de faire de la France « la nation de l’excellence environnementale ». Elle demandait alors aux chefs de l’exécutif ne montrer que « la question de l’écologie » n’est pas « une variable d’ajustement ».
Ce sont ces propos, rompant la solidarité gouvernementale, qui ont valu à la ministre d’être « convoquée » l’après-midi même à Matignon. Il lui a alors été demandé de retirer ses propos, ce qu’elle a refusé. Peu après, vers 16 heures, l’Élysée a publié un communiqué annonçant que Delphine Batho était remplacée par Philippe Martin.
Ce dernier, 59 ans, député et président du conseil général du Gers, est également vice-président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale et membre de la commission du développement durable et de l’aménagement du territoire de l’Assemblée. Philippe Martin a fait tout une partie de sa carrière dans la préfectorale (il fut notamment préfet du Gers et des Landes).
Il a mené de longs combats dans son département pour tenter de faire interdire les expérimentations d’OGM en plein champ, ainsi que pour défendre l’agriculture biologique dans les cantines scolaires. Il passe pour un bon spécialiste des questions d’écologie au sein du Parti socialiste – ce qui n’était pas le cas, à sa nomination, de Delphine Batho, plus versée dans les questions de sécurité.
Ce changement à la tête du ministre de l'Écologie intervient à un moment difficile, alors qu’est en train de s’achever un Débat national sur la transition énergétique qui n’a pas déplacé les foules. Il reviendra à Philippe Martin d’en piloter la synthèse et de préparer la loi de programmation sur l’énergie prévue à l’automne. Mais bien d’autres dossiers brûlants attendent le nouveau ministre, de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes à la fixation du prix de l’électricité, en passant par une éventuelle augmentation des prix du diesel, la fiscalité écologique, le déploiement des compteurs Linky, la fermeture de la centrale de Fessenheim ou la rénovation thermique. Tout cela, avec un budget amputé en 2014 de plus de 500 millions d’euros.
Les écologistes d’EELV ont exprimé leur colère après l’éviction de Delphine Batho, (le secrétaire national du parti écologiste, Pascal Durand, a regretté que ce ministère « serve de variable d’ajustement »). Mais les écologistes ont décidé de ne pas remettre en question leur participation au gouvernement.
F.L.
Édition du 3 juillet 2013 image
Journal Officiel

Journal Officiel du 3 juillet 2013

  • Premier ministre

    Arrêté du 1er juillet 2013 modifiant l'arrêté du 30 octobre 2012 portant organisation du secrétariat général pour la modernisation de l'action publique


    Lire le JO  

  • Ministère de l'intérieur

    Arrêté du 24 juin 2013 modifiant l'arrêté du 8 août 2002 fixant le montant de la compensation allouée aux régions en contrepartie du transfert de compétences en matière de transports collectifs d'intérêt régional et constatant le montant du droit à compensation alloué à ce titre à la région Nord - Pas-de-Calais


    Lire le JO  

  • Ministère de l'intérieur

    Arrêté du 24 juin 2013 constatant le montant du droit à compensation pour les régions Franche-Comté et Rhône-Alpes des charges résultant de la recomposition de l'offre des services régionaux de voyageurs du fait de la mise en service de la ligne à grande vitesse Rhin-Rhône en application de l'article L. 2121-8 du code des transports


    Lire le JO  

  •  
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France

Découvrez en exclusivité quelques articles du numéro de juillet-août :

Les principaux enseignements des élections législatives
Finances locales : des incertitudes planent sur les chantiers du gouvernement
Transports. La métropole lilloise expérimente le "péage positif"
PRATIQUE. Organiser la deuxième vie des déchets de chantier

 


Pour vous abonner www.amf.asso.fr