Édition du 2 novembre 2006


Imprimer Imprimer

André Gerin, maire PC de Vénissieux, dresse un tableau pessimiste de l’avenir des banlieues

«On se prépare des lendemains douloureux.» Elu à Vénissieux depuis 1985, près de Lyon, le député-maire PC André Gerin, porte un regard très pessimiste sur l'évolution des banlieues un an après les violences de l'automne 2005. Il appelle à la constitution d'un «Front républicain des maires» de gauche et de droite pour «agir dans l'intérêt général». C'est à Vénissieux, ville-symbole du mal-être des banlieues françaises, qu'éclatèrent les premières violences urbaines en 1983. Le 3 décembre 1983, la «marche des beurs» emmène 100.000 personnes à Paris pour l'égalité des droits. «Je vois, depuis que je suis élu, les choses évoluer de façon négative, ça va de mal en pis», souligne-t-il dans une interview à l’agence Reuters. Au-delà des incidents qui se sont récemment produits, dans les bus de Marseille comme d’ailleurs, André Gerin parle d'une «fracture de la jeunesse» et d'une «fracture civique et politique». «Je ne vois pas de prise en charge politique sur les problèmes que rencontre notre jeunesse», déplore-t-il. A-t-il des solutions? Le député-maire de Vénissieux s'avoue désarmé. «Il faut absolument que cette société trouve en premier lieu des réponses significatives pour la formation et l'emploi de ces jeunes entre 16 et 18 ans qui sont totalement hors jeu», explique-t-il. «Ce ne sont pas forcément des délinquants, mais ils sont à disposition de ceux qui vivent du mal-être des gens», analyse-t-il. Dans ce sombre tableau, l'élu relève toutefois une lueur d'espoir: l'éveil à la citoyenneté. «Il y a peut-être eu pour la première fois de façon significative une mobilisation citoyenne», note-t-il. «On a assisté à une certaine prise de conscience civique de jeunes qui ne sont pas mis à l'écart et qui essaient de raisonner ceux qui y sont». Il dit même avoir été frappé par «le dialogue qui s'est instauré entre les jeunes et la police». Il se réjouit également des nouvelles inscriptions sur les listes électorales (700 à ce jour à Vénissieux) et s'apprête à entrer en campagne pour que le mouvement s'amplifie pendant les derniers mois de l'année. Le maire vient de démissionner de son poste de vice-président du Grand Lyon pour protester contre la décision qu’aurait prise le président de la communauté urbaine, le sénateur-maire PS de Lyon Gérard Collomb, de ne plus construire un grand stade de rugby de 18.000 places à Vénissieux, sur le site du Puisoz.pt>c=http:/
Édition du 2 novembre 2006 image
Journal Officiel

Journal Officiel du 1er novembre 2006

  • Règlement de sécurité contre les risques d'incendie et de panique dans les établissements recevant du public


     

  • Prélèvements d'eau et rejets d'effluents liquides et gazeux pour l'exploitation du site nucléaire de Golfech


     

Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France

Découvrez en exclusivité quelques articles du numéro de novembre :

Budget 2018 : de mauvaises surprises pour les élus
La baisse des dotations pèse toujours sur la gestion des ressources humaines
TERRITOIRES. Services au public : des schémas pour quoi faire ?
PRATIQUE. Sécuriser l'occupation temporaire du domaine public

 


Pour vous abonner www.amf.asso.fr