Édition du 13  mars 2018


Imprimer Imprimer

« Surplus » budgétaire : Emmanuel Macron rejette l’idée d’une quelconque redistribution

Emmanuel Macron a douché les espoirs nés de la proposition faite la semaine dernière par le rapporteur général du budget à l'Assemblée nationale, Joël Giraud, dans un entretien au quotidien Les Echos (lire Maire info d’hier).
Le président de la République a rappelé, hier, depuis l’Inde, qu’il n’était pas favorable à une quelconque redistribution de la « cagnotte fiscale » générée par la bonne conjoncture économique. Que ce soit en direction des Ehpad, des territoires « fragilisés par la désindustrialisation » voire aux personnes bénéficiant des minimas sociaux, comme l’a suggéré le député de la majorité (Hautes-Alpes).
La priorité du chef de l’Etat reste bien le désendettement. « Nous sommes bien loin d’avoir le luxe de nous poser la question de redistribuer quelque cagnotte que ce soit quand nous avons encore le niveau de déficit, et a fortiori de dette, qui est le nôtre », a tranché Emmanuel Macron.
Alors que l’Insee a revu la croissance de 2017 de la France à la hausse (entraînant un surplus de recettes fiscales évalué à 4,3 milliards d'euros) et annoncé que cette dynamique devrait se poursuivre en 2018, Joël Giraud avait estimé que - le déficit de l’Etat s’acheminant vers les « 2,7 % ou 2,8 %, inférieur donc à l'objectif du gouvernement de 2,9 % » - les rentrées fiscales supplémentaires pourraient être engagées à hauteur de « 20 % » dans des « mesures d’urgence ».
Mais Joël Giraud a toutefois corrigé le tir hier en se défendant d'avoir présenté des propositions aboutissant à dégrader les comptes publics : « Comme le Premier ministre, j'ai indiqué et je le pense fondamentalement, que cela doit servir d'abord au désendettement ». Mais « c'est le rôle du Parlement et du rapporteur général, en lien direct avec les électeurs et les contribuables, d'évaluer les éventuels angles morts des réformes », a-t-il ajouté, estimant que la « bonne fortune » budgétaire de la France rendait « la correction possible sans aboutir à des impasses budgétaires ».
Il avait notamment pointé, la semaine dernière, la situation des territoires en proie à la désindustrialisation qui « ont été pénalisés par une ponction dans le budget 2018 sur la DCRTP » (dotation de compensation de la réforme de la taxe professionnelle) et où « il faudrait rééquilibrer les choses ». « Nous devons mettre des moyens pour ces régions qui se délitent, en particulier ces territoires en déshérence industrielle […] qui ne peuvent pas rebondir sans aide », avait-il ajouté jugeant que « l'intérêt » porté par le gouvernement aux territoires ruraux n'a « pas encore été vraiment entendu ».
Le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, avait lui aussi redit l’inflexibilité du gouvernement sur ce point et sa priorité au désendettement, face à ceux dans la majorité qui souhaitent une part de redistribution. « Ne refaisons pas les erreurs du passé où dès que les choses allaient mieux immédiatement on se mettait à redistribuer l'argent public, c'est-à-dire l'argent des contribuables », a-t-il expliqué faisant notamment allusion aux « cagnottes » fiscales du gouvernement Jospin au tournant de l'an 2000.
Une position saluée par Benoît Cœuré, membre du directoire de la Banque centrale européenne (BCE). « Chaque fois que le déficit de la France passe en dessous de 3%, il y a des bonnes âmes qui parlent de cagnotte, a-t-il déclaré hier sur BFM Business. Si on les écoute, ça veut dire que 3%, ça ne sera pas le maximum du déficit en France, ce sera le minimum, ça veut dire que le déficit ne passera jamais en dessous de 3% ».
A.W.

Consulter les estimations de l'Insee.
Édition du 13  mars 2018 image
Journal Officiel

Journal Officiel du 13  mars 2018

  • Ministère de l'intérieur

    Arrêté du 8 mars 2018 modifiant l'arrêté du 8 février 2018 portant ouverture du concours externe d'assistant territorial socio-éducatif, spécialités « Education spécialisée » et « Conseil en économie sociale et familiale », par le centre de gestion du Lot - session 2018


    Lire le JO  

  • Ministère des solidarités et de la santé

    Arrêté du 6 mars 2018 modifiant la liste des spécialités pharmaceutiques agréées à l'usage des collectivités et divers services publics


    Lire le JO  

  • Ministère des solidarités et de la santé

    Arrêté du 6 mars 2018 modifiant la liste des spécialités pharmaceutiques agréées à l'usage des collectivités et divers services publics


    Lire le JO  

  • Ministère de la transition écologique et solidaire

    Décret n° 2018-176 du 12 mars 2018 prorogeant les effets de l'arrêté préfectoral du 14 mars 2008 déclarant d'utilité publique les travaux de contournement à 2 voies d'Oloron-Sainte-Marie par la RN 134 et son classement dans la voirie nationale entre le PR65+100 et 71+650 et emportant la mise en compatibilité des plans locaux d'urbanisme des communes d'Oloron-Sainte-Marie et de Gurmençon ainsi que du plan d'occupation des sols intercommunal partiel du Gabarn et ceux de l'arrêté préfectoral du 14 février 2013 prorogeant, jusqu'au 14 mars 2018, les effets de l'arrêté préfectoral du 14 mars 2008


    Lire le JO  

Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France

Découvrez en exclusivité quelques articles du numéro de juin :


 


Pour vous abonner www.amf.asso.fr