Édition du 17  avril 2002


Imprimer Imprimer

Risques de dioxine par incinérateur : Bernard Kouchner, ministre de la Santé, saisi par deux associations vendéennes

Deux associations vendéennes ont demandé à Bernard Kouchner, ministre de la Santé, d'inclure leur région dans l'étude qu'il lance sur les effets de la dioxine dans la population, en raison de la présence, à Boufféré (Vendée), d'un incinérateur "rudimentaire" de 1974 à 1982. Evoquant début avril dernier les cas de l'incinérateur de Nivillac (Morbihan) et surtout de celui de Gilly-sur-Isère (Savoie) - dont les taux de dioxine mesurés dans ses émissions aériennes étaient « nettement supérieurs » à la norme européenne -, le ministre de la Santé avait précisé qu’il avait demandé au préfet de Savoie de mettre en œuvre un plan d’action sanitaire local avec l’évaluation des risques sanitaires et une étude épidémiologique visant à identifier un éventuel excès de cas de cancers au voisinage du site, réalisée par la Cellule interrégionale d’épidémiologie. De plus, le préfet de Savoie doit mettre en place un comité de suivi incluant les acteurs locaux et les associations, dans un souci de transparence. En Vendée, les associations Itinéraire Bis et Ecologie sociale ont déposé leur demande le 12 avril, provoquant la surprise du maire actuel, Joseph Chatry, pour qui « tout le monde a oublié cet incinérateur ». L'équipement intercommunal implanté à Boufféré, près de Montaigu, a été fermé en 1982 pour mauvais fonctionnement alors qu'il brûlait environ 120 tonnes de déchets par semaine. Comme les déchets ménagers brûlaient mal, les industriels ont été encouragés à déposer leurs déchets, sans le moindre tri", explique l'élu écologiste Philippe Boursier. "Il y a eu en particulier une fabrique de meubles, avec tous les solvants et les colles que cela suppose." Selon David Lelièvre, d'Itinéraire Bis, "c'était un barbecue géant qui ne retenait que les plus grosses particules". Des dioxines, mais aussi des métaux lourds, ont vraisemblablement pollué l'atmosphère du site, implanté à 300 mètres d'un hameau, ainsi que les prairies environnantes. Une partie des 8 000 tonnes de résidus aurait été utilisée comme remblai, comme le prévoyait un document de l'époque. Personne ne sait avec précision, à ce jour, où a été transférée cette énorme masse. Les associations supposent qu'elle a été, en partie au moins, laissée à disposition de qui voulait se servir. c=http://ww
Édition du 17  avril 2002 image
Journal Officiel

Journal Officiel du 17  avril 2002

  • Ministère du travail

    Contrat de qualification pour les personnes âgées de vingt-six ans et plus


     

  • Instruction budgétaire et comptable M. 14 (Nouvelle-Calédonie)


     

  • Diffusion des résultats du recensement général de la population de 1999


     

  •  
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France

Découvrez en exclusivité quelques articles du numéro d'avril

Loi Elan : décryptage du volet littoral

 


Pour vous abonner www.amf.asso.fr