Édition du 2 juillet 2002


Imprimer Imprimer

Le gouvernement réunit 600 acteurs pour mettre au point la participation de la France au Sommet de Johannesburg

Réunis à Rennes depuis hier et jusqu’à ce soir, quelque 600 personnes issues du monde des collectivités locales, associatif, économique et syndical tentent de faire le point sur la position de la France en matière de développement durable. Deux jours pour mettre en place des stratégies avant le grand Sommet mondial du développement durable qui se déroulera du 24 août au 4 septembre dans la capitale sud-africaine, Johannesburg. Présent lundi matin à l'ouverture de ces deux journées d'échanges, le premier ministre Jean-Pierre Raffarin a tenu à affirmer l'engagement du gouvernement en la matière. "La France veut se mobiliser pour que Johannesburg soit une réussite", a t-il affirmé. "Nous voulons mettre toute notre énergie, faire tous les efforts nécessaires pour que nous puissions déboucher à Johannesburg sur ce qui pour nous est peut-être le plus important, qu'on retrouve l'âme de Rio (lieu du premier Sommet mondial, il y a dix ans) mais aussi qu'on puisse obtenir des engagements concrets", a-t-il dit. "Rio a fait germer des espoirs, des idées, des engagements. Cet héritage de Rio, il faut le protéger", a-t-il poursuivi, avant de souligner qu'il fallait y ajouter "un volet d'actions concrètes". Mais le Premier ministre a relevé les "difficultés de négociation" sur différents sujets comme les problèmes d'effet de serre, où il reste à "convaincre de grands pays" comme les Etats-Unis, ou la biodiversité. Jean-Pierre Raffarin a insisté sur la nécessité de "travailler sur l'ensemble de la mobilisation financière" en rappelant l'objectif de 0,7% du PNB que les pays développés se sont engagés à consacrer à l'aide aux pays en voie de développement. "En France, nous en sommes à 0,32%, un chiffre dont nous ne sommes pas très fiers", a-t-il reconnu. Pour assurer la réussite de ce Sommet, Jean-Pierre Raffarin a insisté sur la notion de "partage de l'intérêt général" pour lequel non seulement les Etats mais les associations, les organisations non gouvernementales et aussi les acteurs individuels ont un rôle à jouer. "L'intérêt général n'est pas le monopole des uns mais le partage de tous", a-t-il dit, réaffirmant également les priorités nationales d'aide à l'Afrique subsaharienne et aux pays de la Méditerranée comme "une parole de fidélité à tenir". Le Premier ministre a aussi estimé que l'éducation à l'environnement, au développement durable, la formation, "le partage de la connaissance, de l'intelligence" mais aussi des "techniques d'éducation" devaient être un thème central du prochain Sommet. Il a salué, en matière d'économie, les "dynamiques nouvelles" du commerce éthique et du commerce durable "qui bouleversent les idées" et souligné "la nécessité de conjuguer l'économique, le social, l'environnement". Rappelant les taux d'abstention lors des dernières élections en France, Jean-Pierre Raffarin s'est attardé sur la "mobilisation des jeunes" qu'il ne faut pas laisser "sans issues, sans perspectives". "La cause humanitaire, la cause mondiale est au cœur de leur engagement", a-t-il dit. "Ce qui fait notre unité nationale, ces valeurs de la République, cette liberté, cette égalité, cette fraternité n'ont pas de sens simplement à l'intérieur de nos frontières, c'était une pensée universelle. Il faut chercher dans le monde à mieux les partager", a-t-il conclu. Rappelons que onze associations d'élus locaux - dont l’AMF - ont adopté une déclaration commune en vue du Sommet mondial. Les associations "interpellent l'Etat, l'Union européenne, les organismes intergouvernementaux notamment pour construire des politiques combinant harmonieusement croissance économique, progrès social et protection de l'environnement". Elles demandent à l'Etat "de poursuivre et renforcer la décentralisation et de préserver l'autonomie fiscale des collectivités locales". A l'Union européenne, les associations demandent "la reconnaissance de la coopération directe entre collectivités locales de pays différents comme outil privilégié du développement durable"
Édition du 2 juillet 2002 image
Journal Officiel

Journal Officiel du 2 juillet 2002

  • Libre circulation des personnes


     

  •  
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France

Découvrez en exclusivité quelques articles du numéro de mai


 


Pour vous abonner www.amf.asso.fr