Édition du 1er février 2016


Imprimer Imprimer

Gaz de schiste : le niet de Ségolène Royal

La ministre de l’Écologie a annoncé hier que son ministère allait faire appel de la décision du tribunal administratif de Cergy-Pontoise, qui a validé, vendredi 28 janvier, le permis dit « de Montélimar » accordé à la société Total, pour procéder à des recherches de gaz de schiste.
Depuis la loi de juillet 2011, la fracturation hydraulique – particulièrement dommageable pour l’environnement – est interdite en France. Plusieurs permis de recherche accordés à des sociétés privées avaient, dans la foulée de cette loi, été abrogés. Mais les sociétés ont systématiquement contesté ces décisions devant les tribunaux, qui leur ont parfois donné raison : c’est le cas pour Total, qui a donc vu vendredi dernier ses permis de recherche rétablis par la justice.
Ségolène Royal a immédiatement réagi et fait part de son intention de faire appel de cette décision. « Depuis la promulgation de la loi de 2011 et la décision prise sur ce permis, écrit la ministre, la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte est intervenue et fixe pour objectif de réduire de 30% la consommation d’hydrocarbures d’ici 2030. La loi rend nécessaire une révision globale de la politique en matière d’exploration d’hydrocarbures pour s’inscrire durablement dans la lutte contre le changement climatique. » Ségolène Royal réaffirme par ailleurs « sa détermination à faire respecter strictement l'interdiction de la fracturation hydraulique dans un objectif de protection de l'environnement et de la santé ».
Invitée sur France 5 hier, Ségolène Royal a également confirmé son intention, évoquée au début de l’année, de mettre en œuvre « 1 000 km de routes solaires » dans le pays dans les cinq prochaines années : « Les routes vont devenir des centrales photovoltaïques, sans venir empiéter sur les terres agricoles », a-t-elle expliqué. Il s’agit de développer une nouvelle technologie brevetée par l’entreprise Colas (filiale de Bouygues), consistant à installer sur les routes des « dalles solaires » résistantes au passage des véhicules. Ces dalles solaires pourraient servir à alimenter en électricité les infrastructures routières elles-mêmes : « 100 m² de route solaire peuvent permettre d’éclairer un tunnel de 500 m », a détaillé la ministre.
Ségolène Royal a également évoqué, lors de cette émission, la question de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Elle a demandé à l’inspection générale de son ministère de « voir s’il y a des projets alternatifs ou complémentaires » et de lui rendre un rapport « dans les deux mois ». La ministre de l’Écologie évoque donc la possibilité d’un renoncement de l’État à ce projet – ce qui paraît en contradiction avec les annonces récentes du Premier ministre.
Elle a en outre affirmé de façon catégorique, à plusieurs reprises, qu’il n’y aurait « pas d’expulsion par la force » des agriculteurs installés sur le terrain du chantier, alors même que la justice vient récemment de les autoriser. On attend à présent la réaction de son collègue du ministère de l’Intérieur…
F.L.
Édition du 1er février 2016 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France

Découvrez en exclusivité quelques articles du numéro de mai :

L'accueil des fêtes foraines et des cirques fait toujours débat
La prévention de la radicalisation passe par les contrats de ville
TERRITOIRES. Etat et collectivités s'unissent pour protéger le Canal du Midi
PRATIQUE. Organiser le télétravail dans la fonction publique

 


Pour vous abonner www.amf.asso.fr