Édition du 16  octobre 2018


Imprimer Imprimer

L'Aude dévastée par une inondation historique

« Un paysage de guerre ». C’est ainsi que Jaqueline Gourault, alors encore ministre auprès du ministre de l’Intérieur, a décrit ce matin les conséquences des inondations survenues dans la nuit de dimanche à lundi et hier, dans l’Aude. Particulièrement touchées, les communes de Trèbes – déjà touchée, au printemps dernier, par le terrorisme – et celle de Villegailhenc. Le bilan s’établit ce matin à au moins onze morts, et des dégâts gigantesques – ponts effondrés, routes et lignes de chemin de fer coupées, demeures et bâtiments publics dévastés, emprises agricoles noyées – encore impossible à chiffrer.
C’est un épisode cévenol d’une rare intensité qui a fait, en quelques heures, sortir l’Aude et ses confluents de leur lit, après l’équivalent de trois mois de pluie tombés en cinq heures. Le niveau de l’Aude, dans les communes les plus touchées, est passé d’un mètre à presque 8 mètres, ce qui ne s’était jamais vu depuis le XIXe siècle.
Les victimes actuellement identifiées (6 à Trèbes, 2 à Villegailhenc, une à Villardonnel, à Villalier et à Carcassonne), ont pour la plupart été surprises par la montée des eaux dans leur logement en pleine nuit. De nombreux habitants témoignent d’un niveau d’eau qui a dépassé 2,5 m dans leur habitation.
Si le bilan n’est pas plus lourd, reconnaissent aujourd’hui les autorités, c’est grâce à la mobilisation exceptionnelle des secours, des élus et des habitants eux-mêmes, qui se sont secourus entre eux. Les maires et les élus des communes concernées ont été en première ligne dès la nuit de dimanche à lundi et toute la journée d’hier, cherchant à prévenir les habitants en danger, frappant aux portes pour prendre des nouvelles ou accélérer les évacuations, organisant l’accueil des personnes évacuées, les repas et le couchage dans les locaux municipaux. Jacqueline Gourault, ce matin sur RTL, a d’ailleurs salué « le rôle fondamental » joué par les maires et salué leur engagement.

Premières polémiques
Au lendemain de cette catastrophe – qui n’est pas encore complètement terminée, le département de l’Aude restant en vigilance rouge aujourd’hui – des polémiques ont déjà éclaté sur le niveau d’alerte émis par Météo France : la vigilance n’est passée au rouge qu’à 6 h du matin lundi. Hier, un porte-parole du ministère de l’Intérieur a lui-même reconnu que cette alerte a probablement été « déclenchée trop tard ». Mais le Premier ministre, en déplacement dans l’Aude hier, a voulu calmer cette polémique naissante en affirmant qu’une alerte rouge qui aurait été déclenchée en pleine nuit, à trois heures du matin, n’aurait « pas changé grand-chose ». Seule annonce à ce sujet, ce matin : Jacqueline Gourault a précisé que l’État allait acheter un « super-calculateur » qui sera mis à la disposition de Météo-France pour améliorer la précision de ses prévisions. Pour la gestion de l’après-catastrophe, elle a également confirmé que la procédure de reconnaissance de catastrophe naturelle allait être lancée « dès demain ».
À plus long terme, il est certain que de nouveaux débats vont s’engager sur la politique de prévention des inondations : plusieurs élus, dès aujourd’hui, s’expriment déjà pour dénoncer la lenteur des procédures en matière de construction d’ouvrages de protection ou la faiblesse des crédits. Il faudra aussi se poser des questions sur les moyens dont disposent – et disposeront – demain les collectivités, pour assumer la nouvelle compétence Gemapi, puisque maintenant la gestion des digues leur revient. Et s’interroger sur la cohérence, à l’heure où ce type de catastrophes se multiplie, de tailler dans le vif du budget des Agences de l’eau – dont chacun connaît le rôle essentiel en matière de gestion des cours d’eau.
Pour l’instant, l’heure est, pour les territoires touchés, à la gestion de l’urgence – réparer la voirie, reloger les habitants, rétablir l’électricité et les réseaux –, alors que, dans certains villages, 90 % des habitations ont été impactées.
F.L.
Édition du 16  octobre 2018 image
Journal Officiel

Journal Officiel du 16  octobre 2018

  • Ministère de la transition écologique et solidaire

    Arrêté du 3 septembre 2018 modifiant les listes des espèces d'oiseaux justifiant la désignation de sites Natura 2000 (zone de protection spéciale) situés en région Provence-Alpes-Côte d'Azur


    Lire le JO  

  • Ministère de la transition écologique et solidaire

    Arrêté du 3 septembre 2018 modifiant la liste des espèces d'oiseaux justifiant la désignation du site Natura 2000 La Vanoise (zone de protection spéciale)


    Lire le JO  

  • Ministère de la transition écologique et solidaire

    Arrêté du 3 septembre 2018 modifiant les listes des espèces d'oiseaux justifiant la désignation de sites Natura 2000 (zone de protection spéciale) situés en région Corse


    Lire le JO  

  • Ministère de l'économie et des finances

    Arrêté du 12 octobre 2018 fixant les modalités spéciales d'exercice du contrôle économique et financier de l'Etat sur l'établissement public Société de livraison des ouvrages olympiques (Solideo)


    Lire le JO  

  • Ministère de la culture

    Arrêté du 12 octobre 2018 portant transfert de propriété de biens des collections nationales au profit d'une collectivité territoriale, en application des dispositions de l'article L. 451-9 du code du patrimoine


    Lire le JO  

  •  
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France

Découvrez en exclusivité quelques articles du numéro de mars


 


Pour vous abonner www.amf.asso.fr