Édition du 29  janvier 2019


Imprimer Imprimer

Homophobie et transphobie à l'école : Jean-Michel Blanquer lance la campagne « Tous égaux, tous alliés »

Le gouvernement a engagé une vaste campagne pédagogique en milieu scolaire pour lutter contre les préjugés anti-LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels, transsexuels). SOS Homophobie a fait le calcul : 38 % « d’actes LGBTphobes » supplémentaires ont été signalés en milieu scolaire en 2017. « Ça suffit ! », riposte depuis hier le gouvernement. Le ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, Jean-Michel Blanquer, a lancé, au lycée professionnel Hector-Guimard (XIXe arrondissement de Paris), cette opération pour « marginaliser » le discours homophobe et transphobe à l’école au profit d’un « climat scolaire plus inclusif et plus propice au bien-être et à la réussite de chacun ».
Placée sous la devise « Tous égaux, tous alliés », cette campagne de sensibilisation implique la mobilisation de l’ensemble de la communauté éducative. Elle engage, par exemple, « chacun et chacune à soutenir les jeunes LGBT face aux difficultés qu'ils sont susceptibles de rencontrer dans le cadre scolaire ». Elle « affirme » aussi « l'opposition de l'institution scolaire à toute forme de discrimination et de violence LGBTphobes », « lutte contre l'invisibilisation des jeunes LGBT », ou « promeut » encore « le zéro-tolérance à l’égard des injures sexistes et LGBTphobes ».

18 % des lycéens ou étudiants LGBT insultés l'an passé
Souvent « banalisées », les insultes homophobes demeurent particulièrement fortes dans les cours de récréation : « 18 % des lycéens ou étudiants LGBT déclarent avoir été insultés au cours des douze derniers mois », observe le ministère, se référant à une étude de l’Ifop réalisée en 2018. « Cela veut dire qu’il faut aller beaucoup plus loin dans la prévention, dans la sensibilisation en milieu scolaire », plaidait, hier sur RTL, Joël Deumier, président de SOS Homophobie. « Cette campagne est un premier pas, elle est un message de soutien des pouvoirs publics aux jeunes LGBT ». L’association a sensibilisé 27 000 élèves en 2018. « Il est temps de libérer la parole et de faire en sorte que toutes les victimes d’homophobie et de transphobie parlent aux personnels pédagogiques et que les témoins d’actes homophobes dans les collèges et dans les lycées les signalent. »
Concrètement, la campagne s’appuie sur un espace dédié, accessible ici. Des posters et des flyers sont en cours de distribution dans tous les établissements du second degré. Un guide d’accompagnement est également mis à disposition de l’ensemble des personnels dans le but de « déployer la campagne « Tous égaux, tous alliés » et la faire vivre tout au long de l'année en mobilisant un ensemble d'acteurs contre l'homophobie et la transphobie en milieu scolaire ». Un service d'écoute et d'aide à distance accessible par téléphone (0810 20 30 40 ou 01 41 83 42 81, tous les jours de 8h à 23h), par courrier électronique et par tchat sera également mis en place. « Ce service, géré par l'association partenaire du ministère SIS-association, s'adresse à la fois aux élèves, à leurs proches et aux personnels. Il est animé par des adultes formés à l'écoute et au conseil », insiste le ministère.

L’école élémentaire aussi est concernée
Si la campagne, lancée hier, est surtout tournée vers les lycées et les collèges, les écoles élémentaires ont aussi leur rôle à jouer dans la lutte contre les discriminations. Car « l'homophobie ne s'apprend pas au collège ou au lycée », résume dans une interview à L’Express Gabrielle Richard, chercheuse à l'Observatoire universitaire international éducation et prévention de l'université de Paris-Est-Créteil. « Les racines de l'homophobie, de la transphobie, mais aussi du sexisme et des violences de genre, sont à trouver dès la petite enfance, et sont à mettre en dialogue avec les représentations strictes du masculin et du féminin que les enfants peuvent entretenir, sous l'impulsion de leurs parents et des autres adultes qui en ont la charge. »
Dispensé dès le cycle 2 (CP, CE1, CE2), l’enseignement « moral », par exemple, « renvoie au projet d’une appropriation par l’élève de principes garantissant le respect d’autrui (…) Respecter autrui, c’est respecter sa liberté, le considérer comme égal à soi en dignité », est-il inscrit dans le programme d’enseignement moral et civique de l’école et du collège.
« Il est également au cœur des missions du service public de l'éducation, conclut le ministère, de faire acquérir à tous les élèves le principe de l'égale dignité des êtres humains. L'appropriation des valeurs démocratiques et républicaines, le partage d'une culture de l'égalité et de la compréhension d'autrui permettent de combattre les violences et les discriminations, notamment sexistes et LGBTphobes, et participent de la formation des jeunes citoyens ».

Ludovic Galtier

Accéder à l’ensemble des éléments de la campagne « Tous égaux, tous alliés ».

Édition du 29  janvier 2019 image
Journal Officiel

Journal Officiel du 29  janvier 2019

  • Ministère de l'éducation nationale et de la jeunesse

    Arrêté du 22 janvier 2019 fixant le nombre de postes offerts aux concours pour le recrutement de conseillers d'éducation populaire et de jeunesse ouverts au titre de l'année 2019


    Lire le JO  

  • Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales

    Arrêté du 7 janvier 2019 portant ouverture au titre de l'année 2019 des concours externe sur titres, interne et troisième concours avec épreuves d'animateur territorial principal de 2e classe en convention avec l'ensemble des centres de gestion de la région Centre-Val de Loire organisé par le centre de gestion de l'Indre


    Lire le JO  

  • Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales

    Arrêté du 22 janvier 2019 portant ouverture des concours externe, internes et troisième voie pour l'accès au cadre d'emplois d'animateur territorial, par le centre de gestion de l'Aude (session 2019)


    Lire le JO  

  • Ministère de l'intérieur

    Décret du 25 janvier 2019 portant titularisation d'une préfète - Mme ASSIDON (Marie-Emmanuelle)


    Lire le JO  

  • Ministère de l'intérieur

    Décret du 25 janvier 2019 portant titularisation d'une préfète - Mme ELIZEON (Sophie)


    Lire le JO  

  •  
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France

Découvrez en exclusivité quelques articles du numéro de mai


 


Pour vous abonner www.amf.asso.fr