Édition du 3 octobre 2014


Imprimer Imprimer

L'Insee prévoit une croissance quasi-nulle d'ici fin 2014

L'économie française demeurera en quasi-stagnation jusqu'à la fin de l'année selon l’Insee qui a baissé hier sa prévision de croissance moyenne en France en 2014 à 0,4%. Le produit intérieur brut de la France progresserait de 0,1% au troisième puis au quatrième trimestres après avoir stagné au premier semestre, la croissance ressortant en moyenne à 0,4% sur l'ensemble de l'année, comme en 2012 et en 2013. A fin 2014, qui constitue l'horizon de prévision de l'Insee, l'acquis de croissance pour 2015 s'élèverait à 0,1% a précisé Vladimir Passeron, son chef du département de la conjoncture lors d’une conférence de presse.
L'hypothèse d'une croissance du PIB de 1% l'an prochain, retenue par le gouvernement pour l'élaboration du projet de loi de finances, a été qualifiée d'optimiste par le Haut Conseil des finances publiques qui a estimé qu'elle supposait un redémarrage rapide et durable de l'activité que n'annoncent pas les derniers indicateurs conjoncturels.
L'Insee, qui anticipait encore en juin une progression du PIB de 0,3% aux troisième et quatrième trimestres et de 0,7% en moyenne sur l'année, met en avant la rechute du climat des affaires dans l'ensemble des secteurs d'activité dans le courant de l'été pour expliquer l'abaissement de ses prévisions.
Dans sa note de conjoncture, l’Insee dresse le portrait d’une économie française au ralenti. La quasi-stagnation de l'activité jusqu'à la fin de l'année ne permettrait pas d'enrayer la progression du chômage, dont le taux augmenterait à 10,3% à la fin de l'année contre 10,2% au deuxième trimestre ( 9,9% en France métropolaine).
La consommation des ménages croîtrait peu d'ici la fin de l'année, selon l'Insee, qui s'attend à une progression de 0,2% de leurs dépenses aux troisième et quatrième trimestres, en « lien avec un pouvoir d'achat du revenu qui accélérerait modérément » (+0,8% sur l'ensemble de l'année après avoir stagné en 2013). Au total, la consommation des ménages ne progresserait que de 0,1% sur l'ensemble de l'année.
La hausse des prix à la consommation proche de zéro en septembre reviendrait à 0,4% en glissement annuel à l'horizon de décembre, dans l'hypothèse d'un prix du baril de pétrole stable à 97 dollars et d'un taux de change de l'euro à 1,28 dollar. En revanche l'inflation sous-jacente, à peine positive cet été, diminuerait encore et serait quasi-nulle à la fin de l'année.
Le taux d'épargne des ménages s'établirait encore à 15% à la fin de l'année contre 14,7% fin 2013. Leur investissement en logement continuerait de reculer, bien qu'à un rythme atténué, au second semestre et chuterait de 7,4% sur l'ensemble de l'année pour tomber à son plus bas niveau depuis 1998.
Les dépenses d'investissement des entreprises se replieraient de nouveau, pénalisées par l'atonie persistante de la demande. Elles reculeraient de 0,3% au troisième trimestre et de 0,2% au quatrième, leur repli atteignant 0,6% sur l'ensemble de l'année.
Le taux de marge des entreprises ne progresserait pas en 2014, s'établissant à 29,4% après 29,8% en 2013 et 30,5% en 2012, malgré l'effet favorable du CICE, souligne par ailleurs l'Insee.
La croissance des exportations serait un peu plus soutenue qu'au premier semestre, grâce notamment aux effets de la dépréciation de l'euro.
Mais la demande étrangère restera peu dynamique, prévoit l'institut de conjoncture, qui s'attend à une croissance du PIB de la zone euro de 0,2% aux troisième et quatrième trimestres tirée par l'Allemagne et l'Espagne. Au total, la contribution du commerce extérieur à la croissance sera nulle au second semestre comme sur l'ensemble de l'année.

Télécharger la note de conjoncture de l’Insee.
Édition du 3 octobre 2014 image
Journal Officiel

Journal Officiel du 3 octobre 2014

  • Arrêté du 25 septembre 2014 modifiant l'arrêté du 12 juin 1970 fixant le siège et le ressort des services de publicité foncière


    Lire le JO  

  • Ministère de la transition écologique et solidaire

    Décret du 1er octobre 2014 portant nomination de la présidente du conseil d'administration de l'Agence de l'eau Loire-Bretagne - Mme STEINFELDER (Mauricette)


    Lire le JO  

  • Ministère de la transition écologique et solidaire

    Décret du 1er octobre 2014 portant nomination du président du conseil d'administration de l'Agence de l'eau Artois-Picardie - M. CORDET (Jean-François)


    Lire le JO  

  • Ministère de l'agriculture et de l'alimentation

    Avis complémentaire relatif à la liste provisoire des abattoirs agréés pour la durée de la fête de l'Aïd el Adha du mois d'octobre 2014


    Lire le JO  

  • Ministère des solidarités et de la santé

    Décret du 2 octobre 2014 portant nomination de la directrice générale de l'agence régionale de santé des Pays de la Loire - Mme COURRÈGES (Cécile)


    Lire le JO  

  •  
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France

Découvrez en exclusivité quelques articles du numéro d'octobre :

100 e Congrès des maires : les principaux rendez-vous
Emploi : le débat sur l'avenir des contrats aidés s'engage entre l'Etat et les élus
TERRITOIRES. Les villes exhument leurs rivières enfouies en centre-ville
JURIDIQUE. Les lois pour renforcer la confiance dans la vie politique

 


Pour vous abonner www.amf.asso.fr