Édition du 21  novembre 2000


Imprimer Imprimer

Le secrétaire d’État rencontre les représentants des communes de l’Outre-mer

Concluant la journée « Outre-Mer » organisée hier à l’Hôtel de ville de Paris, Christian Paul a rappelé que l’objectif de la loi de loi d'orientation « est de rénover le pacte républicain qui unit l'outre-mer à la République. » A cet égard, il devait exposer les « moyens » mis en œuvre pour le développement économique et la lutte contre le chômage, exonérations de charges sociales dans la limite de 1,3 SMIC, système de préretraites pour les salariés de plus de 55 ans contre embauches de jeunes en contrats à durée indéterminée dans les entreprises qui seront passées effectivement aux 35 heures, projet initiative-jeunes qui alloue une aide d'un montant maximal de 50 000 F par projet aux jeunes de moins de 30 ans qui créeront ou reprendront une entreprise ou qui poursuivront une formation professionnelle hors de leur département ,etc.). Cet effort pour l'outre-mer français, devait-il souligner « se retrouve surtout dans le budget pour 2001 dans lequel ces mesures de la loi d'orientation recevront un financement immédiat, pour une mise en œuvre sans délai, dès le début de l'année 2001. » Le Budget du ministère s’élève, en effet, à 6,81 milliards de francs et enregistre une croissance de près de 7 %, « 3ème taux d'augmentation des budgets des ministères, après la ville et l'environnement, à rapprocher de celle du budget de l'État, qui est limitée à 1,5 %. » Sur le plan institutionnel, le secrétaire d’État considère que « l'essentiel réside dans la reconnaissance par la loi de la possibilité pour chaque collectivité d'outre-mer d'être dotée des institutions qui lui soient propre. Ni les réalités, ni les aspirations ne sont semblables d'une collectivité à une autre, au sein même des départements comme des territoires. Sur ce point, je crois que l'on peut dire qu'un large consensus s'est formé parmi les élus, au sein des forces politiques, même si l'examen de la loi au Sénat a démontré que certaines réticences devaient être surmontées. » A l’issue de son intervention, Christian Paul invitait l’Association des Maires de France à une rencontre dans les prochains jours afin d’examiner l’ensemble des questions débattues lors de cette journée consacrée à l’Outre-Mer, notamment les questions du logement, de l’éducation, de la culture, et des langues régionales. pt>c=http://ww
Édition du 21  novembre 2000 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France

Découvrez en exclusivité quelques articles du numéro d'octobre


 


Pour vous abonner www.amf.asso.fr